Département d’État des États-Unis
John Kerry, envoyé spécial du président pour le climat
Le 19 février 2021
Allocution

Marcene – Merci beaucoup. Je suis ravi d’être avec vous en cette occasion si importante.

Je sais que beaucoup d’entre vous étiez là au Bourget il y a un peu plus de cinq ans lorsque nous avons conclu l’Accord historique de Paris. Il s’agit du fruit du travail de beaucoup de cœurs et de mains – un exercice d’équilibre diplomatique, et à un moment donné, il a semblé que le succès ou l’échec aurait pu ne tenir qu’à un mot.

Et pendant les quatre dernières années, il y a eu des moments où beaucoup craignaient que l’échec ne tienne qu’à un mot – Trump.

Pourtant, cinq ans plus tard, l’Accord de Paris et le régime climatique international sont toujours en place – tout cela parce que les villes, les États, les entreprises – les organisations de tout le pays – se sont mobilisés et ont déclaré : « Nous en sommes toujours ».

« We Are Still in » (nous en sommes toujours) était bien plus qu’un slogan. En 2017, seulement 1 État et 33 villes s’étaient engagés à tirer 100 % de leur énergie de sources propres. Maintenant, 13 États, Porto Rico et 165 villes se sont engagés à 100 % d’énergie propre.

Et depuis 2017, 16 États ont adopté ou se sont engagés à adopter des réglementations et des lois qui réduiraient progressivement l’utilisation des HFC (hydrofluorocarbures).

Vous avez montré au monde le vrai visage des États-Unis, avant même que 81 millions d’Américains en novembre dernier ne changent le visage public du leadership que les Américains choisissent de montrer au monde.

Et maintenant, nous avons besoin de vous pour que le « pleinement » prenne encore plus de sens et d’urgence.

Nous entamons ce travail avec humilité, sachant que l’absence des États-Unis sur la scène mondiale n’a pas été dépourvue de conséquences.

Nous abordons ce travail avec honnêteté, sachant que Paris n’est pas suffisant.

Et nous nous attelons à ce travail avec ambition en sachant que même si les États-Unis sont heureusement de retour dans l’Accord de Paris, nous avons besoin de toutes les grandes économies, y compris la nôtre, pour réaliser ce que Paris n’a jamais garanti : l’intensification de notre action pour que 1,5 degré de réchauffement reste une possibilité, et pour se mettre sur la voie d’émissions nettes nulles à l’horizon 2050.

Cela signifie que nous avons besoin que toute l’Amérique et le monde entier s’impliquent « pleinement ».

Nous avons besoin que vous vous joigniez à nous. Même avec le retour officiel des États-Unis, nous avons besoin que vous représentiez le meilleur des États-Unis à l’étranger parce que vos réalisations des quatre dernières années sont la preuve que le progrès est possible et que le progrès s’accompagne de la prospérité.

Vous êtes les exemples de nos réussites. Donc, si vous êtes venu aux COP ces trois dernières années, continuez ! Et dans le cas contraire, promettez que cette année nous vous verrons à Glasgow, pour que nous soyons tous à la hauteur du défi, ensemble.

Au travail. Je me réjouis à la perspective de votre partenariat et je répondrai avec plaisir à vos questions.


Voir le contenu d’origine : https://www.state.gov/remarks-at-the-america-is-all-in-launch-event/

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.

U.S. Department of State

The Lessons of 1989: Freedom and Our Future