Département d’État des États-Unis 
Antony J. Blinken, secrétaire d’État 
Le 2 août 2023 
Allocution 
Hôtel Omni Shoreham, Washington 

SECRÉTAIRE BLINKEN : Bonjour, chers Mandela Fellows. 

PUBLIC : Bonjour. 

SECRÉTAIRE BLINKEN : Quel plaisir incroyable d’être avec vous pour le premier sommet Mandela Washington Fellowship en personne depuis quatre ans (applaudissements) et de voir, de sentir l’incroyable énergie, l’ingéniosité, le talent dans cette salle. 

Liz, mon amie, ma collègue, je vous remercie pour cette merveilleuse présentation, mais aussi pour tout ce que vous faites chaque jour pour aider à construire et à renforcer les liens entre nos concitoyens, aux États-Unis, et les peuples du monde entier, notamment nos Mandela Fellows. 

Permettez-moi tout d’abord de dire à quel point je suis reconnaissant à celles et à ceux qui ont rendu possible le programme Mandela Washington Fellowship de cette année. Il faut beaucoup de monde, y compris nos universités hôtes, nos partenaires de l’IREX et mes collègues : le bureau des Affaires éducatives et culturelles, le bureau des Affaires africaines, ainsi que nos ambassades et consulats dans le monde entier. 

Et à vous, à nos boursiers exceptionnels, j’adresse toutes mes félicitations. Félicitations pour avoir terminé ce programme. (Applaudissements.) 

Tout comme Liz, j’étais ici en 2014 avec le président Obama, et cela reste gravé de manière indélébile dans mon esprit. J’ai fait partie de l’équipe du président lors de la création de YALI. Et je vous parie, je le sais, que si vous demandez au président Obama ce dont il est le plus fier en tant que président, ce sera tout en haut de la liste. Je pense que ce dont il est le plus fier, et le président Biden, son partenaire, également, c’est que, des années plus tard, ce programme n’a pas seulement survécu, il a prospéré et a fait changer les choses. (Applaudissements.) 

Depuis près de dix ans, le programme Mandela Fellowship réunit certains des meilleurs et plus brillants jeunes dirigeants africains de l’ensemble de l’Afrique subsaharienne. Vous faites maintenant partie d’un réseau incroyable, un réseau des plus jeunes entrepreneurs, défenseurs et fonctionnaires d’Afrique. Il est aujourd’hui fort de plus de 6 000 hommes et femmes. Ensemble, chacun d’entre vous représente une génération montante d’acteurs du changement sur votre continent. 

Vous êtes tous à l’origine de progrès sur certaines des questions les plus urgentes de notre époque, des questions auxquelles sont confrontés non seulement les Africains, mais aussi les Américains et les habitants de toute la planète : comment faire progresser la sécurité alimentaire, comment prévenir les conflits, comment lutter contre le changement climatique, comment ralentir la propagation des maladies et tant d’autres questions fondamentales auxquelles, en tant qu’êtres humains, nous devons trouver les moyens de nous attaquer ensemble. 

Il s’agit de problèmes très importants, qui surviennent à un moment de changement et de turbulence sans précédent, y compris, comme l’a dit la sous-secrétaire Allen, ce que nous voyons en ce moment au Niger. 

Mais ceux d’entre vous qui sont ici aujourd’hui, ce qui est si puissant, c’est que vous avez des idées ; vous avez des idées sur la façon de relever ces défis dans vos communautés, dans votre région, en fait dans le monde entier. Et lorsque vous vous efforcez de traduire ces idées en réalité, vous ne pouvez pas imaginer la différence que vous êtes sur le point de faire. 

Lors de mes déplacements en Afrique, j’ai entendu parler de certains de vos travaux, de vos priorités et de vos réflexions par d’anciens participants de YALI. Il y a quelques minutes, j’ai eu l’occasion de m’entretenir avec quelques membres de la promotion Mandela de cette année afin de découvrir les idées et innovations remarquables de ce groupe. 

Et si vous regardez autour de vous aujourd’hui, si vous regardez la personne à côté de vous, à votre gauche, à votre droite, derrière vous, des personnes qui sont devenues vos amis tout au long de ce programme, l’un d’entre vous exploite la technologie pour aider les agriculteurs à produire davantage, en utilisant par exemple l’imagerie satellitaire pour détecter les premiers signes de carence en nutriments chez les plantes. Un autre d’entre vous organise des ateliers visant à réduire la violence des jeunes dans les écoles, ce qui a permis de diminuer ces incidents de plus de 30 %. Un autre d’entre vous est un médecin qui participe à la mise au point d’un vaccin contre le paludisme. L’un d’entre vous a inventé un moyen de produire de l’énergie propre en exploitant l’énergie cinétique de la circulation : on parle ici de transformer le citron en citronnade. (Rires.) 

Je n’ai évoqué que quatre d’entre vous. Vous êtes près de 700 boursiers à participer au programme cette année. Il suffit donc de dire qu’il s’agit d’un groupe vraiment extraordinaire qui, je le sais, produira des changements et des progrès extraordinaires. 

Au cours des six dernières semaines, vous avez eu l’occasion d’affiner vos compétences dans 28 établissements d’enseignement supérieur et universités des États-Unis. 

Que vous ayez étudié avec vos professeurs, fait du bénévolat dans votre quartier d’accueil, rencontré des élus, noué des liens avec d’autres étudiants, parlé avec des chefs d’entreprise locaux, dans toutes ces activités, dans tous ces engagements, vous avez échangé des idées, tiré des enseignements, y compris de votre travail dans votre pays d’origine ; vous avez échangé de grandes idées ; vous avez partagé des éléments de votre vie, de votre culture, de votre pays ; vous avez noué de nouvelles amitiés. Et les communautés que vous avez rejointes, de Des Moines, dans l’Iowa, à Atlanta, en Géorgie, se portent d’autant mieux qu’elles vous ont compté parmi elles. Je tiens à vous en remercier pour cela. 

La sous-secrétaire Allen a dit quelque chose de très, très important, et c’est ceci : nous voulons rester en contact avec vous. Alors que vous devenez d’anciens participants, nous voulons rester en contact avec vous et nous voulons que vous restiez en contact les uns avec les autres. L’élément le plus important de ce programme est peut-être le réseau que vous avez la possibilité de créer. J’espère donc que ce n’est que le début de notre chemin ensemble. 

Nos pays, les États-Unis, nos partenaires en Afrique, ne peuvent relever les défis d’aujourd’hui, ne peuvent obtenir des résultats pour leurs populations que si nous collaborons en tant que partenaires égaux. Et cette collaboration doit continuer. 

Cette idée est vraiment au cœur de notre approche à l’égard de l’Afrique subsaharienne. 

L’approche est axée sur ce que nous pouvons faire avec l’Afrique, et non pour l’Afrique. Elle reflète l’incroyable diversité et l’influence du continent. Elle reconnaît également le rôle important que les jeunes Africains, en particulier, ont à jouer pour façonner notre planète pour les générations à venir. 

Vous connaissez tous très bien ces statistiques et il est important qu’un plus grand nombre de mes concitoyens les connaissent également. Plus de 60 % de la population africaine a moins de 25 ans. En 2030, dans quelques années seulement, deux personnes sur cinq sur notre planète seront jeunes et africaines. (Applaudissements.) 

Ainsi, en regardant cette salle aujourd’hui, je peux dire – je sais que, grâce à ce fait et grâce à vous tous, cet avenir peut être et sera très brillant. 

Nous sommes déterminés – nous sommes déterminés à travailler avec de jeunes dirigeants africains comme vous aujourd’hui et pour les années à venir, afin qu’ensemble, nous ayons la possibilité de construire un monde un peu plus stable, un peu plus résilient, un peu plus prospère pour tous. 

Et comme l’a dit Liz, parfois, le changement semble lent. Parfois, on a l’impression de ne pas faire changer les choses ou de ne pas faire les grands pas que l’on imaginait. Mais chaque pas en avant, chaque pas en avant vous rapproche de l’objectif que vous vous êtes fixé. 

Et comme vous le savez, lorsque vous entreprenez ce parcours et qu’à un moment donné vous vous arrêtez en chemin, vous serez étonné de la distance que vous avez parcourue. Vous serez étonné de la différence que vous faites. Pour moi, c’est une source de fierté incroyable que nous ayons un petit rôle à jouer dans les choses incroyables que vous faites. Cela ne pourrait vraiment pas être mieux que cela. 

Nous savons donc que nous faisons déjà des progrès. Et je sais que votre créativité, votre optimisme, votre imagination, votre énergie ne vont pas seulement faire progresser les liens entre les États-Unis et l’Afrique, ils feront bouger les choses. Ils feront bouger les choses dans vos pays ; ils feront bouger les choses dans le monde entier. 

Et si vous avez l’occasion, dans votre vie, de faire bouger les choses ainsi, c’est l’une des expériences les plus puissantes que vous pourrez vivre. Je ne pourrais pas être plus fier de vous, mais peut-être plus important encore, j’ai hâte de voir ce que vous allez faire dans les années à venir. (Applaudissements) 

Alors merci, merci, merci. 

J’espère simplement que, comme je l’ai dit à certains de vos collègues, si je suis encore là dans 20 ans et que je viens frapper à votre porte, vous l’ouvrirez, et que vous vous souviendrez de moi ! Je compte sur vous pour construire l’avenir que nous voulons tous. 

Félicitations à tous les Mandela Fellows. Je vous remercie. (Applaudissements) 


Voir le contenu d’origine : https://www.state.gov/secretary-blinkens-remarks-at-the-mandela-washington-fellowship-summit-for-young-african-leaders/  

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi. 

U.S. Department of State

The Lessons of 1989: Freedom and Our Future