An official website of the United States government Here's how you know

Official websites use .gov

A .gov website belongs to an official government organization in the United States.

Secure .gov websites use HTTPS

A lock ( ) or https:// means you’ve safely connected to the .gov website. Share sensitive information only on official, secure websites.

Département d’État des États-Unis
Bureau du porte-parole
Le 30 avril 2021

Le texte de la déclaration ci-après a été publié par les gouvernements des États-Unis d’Amérique, de la fédération de Russie, de la république populaire de Chine et de la république islamique du Pakistan à l’occasion de la « Troïka » élargie sur le règlement pacifique en Afghanistan.

Début du texte :

Le 30 avril, des représentants de la « Troïka » élargie, comprenant les États-Unis, la fédération de Russie, la république populaire de Chine et la république islamique du Pakistan, se sont réunis à Doha (Qatar) pour discuter des moyens de faciliter les négociations intra-afghanes et d’aider les parties à parvenir à un règlement négocié et à un cessez-le-feu permanent et global. La « Troïka » élargie a rencontré des représentants de l’équipe de négociation de la République islamique et des Taliban, ainsi que ceux du Qatar qui ont gracieusement accueilli les participants.

Dans l’esprit des discussions, ainsi que des dispositions des déclarations conjointes sur les résultats des précédentes réunions et discussions de la « Troïka » les 22 mars, 25 avril, 11 juillet et 25 octobre 2019 ; 3 juin et 30 novembre 2020 ; et 18 mars 2021, les quatre États participant ont affirmé ce qui suit :

1.    Nous prenons acte de l’exigence générale et sincère du peuple afghan d’une paix durable et juste et de la fin de la guerre.

2.    Nous réaffirmons qu’il n’y a pas de solution militaire en Afghanistan et qu’un règlement politique négocié dans le cadre d’un processus dirigé et pris en charge par les Afghans est la seule voie vers une paix et une stabilité durables en Afghanistan.

3.    Nous prenons note de l’annonce faite le 14 avril par les États-Unis et l’OTAN selon laquelle les forces américaines/de l’OTAN entreprendront un retrait responsable d’Afghanistan d’ici le 1er mai 2021, devant se terminer le 11 septembre 2021. Nous réitérons que le retrait des troupes étrangères doit garantir une transition régulière de la situation en Afghanistan. Nous soulignons que, pendant la période de retrait, le processus de paix ne doit pas être interrompu, aucun combat ni trouble ne doit avoir lieu en Afghanistan et la sécurité des troupes internationales doit être assurée.

4.    Nous attendons des Taliban qu’ils honorent leurs engagements en matière de lutte contre le terrorisme, notamment en empêchant les terroristes et leurs groupes d’utiliser le sol afghan pour menacer la sécurité de tout autre pays ; qu’ils n’hébergent pas ces groupes et fassent opposition à leurs activités de recrutement, de formation et de collecte de fonds. Nous attendons du gouvernement afghan qu’il poursuive sa coopération avec la communauté internationale dans le domaine de la lutte antiterroriste.

5.    Nous réitérons notre appel à toutes les parties au conflit en Afghanistan pour qu’elles réduisent le niveau de violence dans le pays et nous exhortons les Taliban à ne pas mener d’offensive de printemps. Nous condamnons dans les termes les plus fermes toute attaque visant délibérément des civils en Afghanistan et appelons toutes les parties à respecter leurs obligations au titre du droit international humanitaire en toutes circonstances, y compris celles liées à la protection des civils.

6.    Nous réaffirmons que le personnel et les biens diplomatiques sont inviolables et que les auteurs de toute attaque ou menace contre le personnel et les biens diplomatiques étrangers à Kaboul devront répondre de leurs actes.

7.    Nous exhortons le gouvernement de la République islamique et le Haut Conseil pour la réconciliation nationale à dialoguer ouvertement avec leurs homologues des Taliban en vue d’un règlement négocié. Nous ne soutenons la formation en Afghanistan d’aucun gouvernement imposé par la force, conformément à la déclaration conjointe de la Troïka élargie du 18 mars.

8.    Nous sommes favorables à un examen de la situation des désignations de personnes physiques et morales des Taliban dans le cadre des sanctions de l’ONU de 1988, comme indiqué dans la résolution 2513 (2020) du CSNU. Des mesures pratiques visant à réduire la violence et des efforts soutenus pour faire avancer les négociations intra-afghanes par les Taliban auront une incidence positive sur ce processus d’examen.

9.    Nous prenons note des préparatifs de la Turquie en vue d’accueillir une conférence des hauts dirigeants des deux parties afghanes afin d’accélérer les négociations intra-afghanes, et nous saluons également le rôle de l’ONU et du Qatar en tant que coorganisateurs de ce dialogue. Nous appelons les parties aux négociations à progresser vers un règlement politique inclusif et un cessez-le-feu global et permanent.

10. Nous apprécions le soutien de longue date de l’État du Qatar pour faciliter le processus de paix, et nous appuyons la poursuite des discussions entre les équipes de négociation des parties à Doha.

11. Nous nous félicitons de l’élargissement du rôle de l’ONU dans la contribution au processus de paix et de réconciliation en Afghanistan, notamment en tirant parti de son expérience et de ses compétences considérables au service d’autres processus de paix.

12. Nous préconisons fermement une résolution politique durable et juste qui aboutira à la formation d’un Afghanistan indépendant, souverain, unifié, pacifique, démocratique, neutre et autosuffisant, exempt de terrorisme et d’une industrie de la drogue illicite, qui contribue à un environnement sûr et propice au retour volontaire, rapide et durable des réfugiés afghans grâce à un plan suffisamment financé ; à la stabilité ; et la sécurité mondiale.

13. Nous demandons à tous les Afghans, y compris au gouvernement de la République islamique et aux Taliban, de veiller à ce que les terroristes et groupes terroristes n’utilisent pas le sol afghan pour menacer la sécurité de tout autre pays.

14. Nous réaffirmons que tout accord de paix doit prévoir des dispositions en faveur de la protection des droits de tous les Afghans, y compris les femmes, les hommes, les enfants, les victimes de la guerre et les minorités, et doit répondre au vif désir de tous les Afghans de parvenir à un développement économique, social et politique, notamment à l’état de droit.

Fin du texte.


Voir le contenu d’origine : https://www.state.gov/joint-statement-on-the-extended-troika-on-peaceful-settlement-in-afghanistan/

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.

U.S. Department of State

The Lessons of 1989: Freedom and Our Future