Département d’État des États-Unis
Bureau du porte-parole
Le 24 février 2021
Communiqué de presse

Il y a trois ans, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a prévenu la communauté mondiale que bon nombre des impacts catastrophiques précédemment associés à un réchauffement de deux degrés Celsius pourraient intervenir beaucoup plus tôt, à seulement 1,5 degré Celsius.

Pour opposer un front commun au changement climatique et faire preuve de leadership mondial face à la crise climatique, le Canada et les États-Unis ont uni leurs forces pour former un Dialogue de haut niveau.

Ce Dialogue privilégiera et fera progresser la coopération de longue date entre les deux pays qui partagent beaucoup des mêmes risques et peuvent profiter de beaucoup des mêmes opportunités. Le dialogue a été lancé par le président Joe Biden et le premier ministre Justin Trudeau lors de leur rencontre bilatérale le 23 février, et sera dirigé du côté des États-Unis par l’envoyé spécial du président John Kerry, et du côté canadien par le ministre de l’Environnement et du Changement climatique Jonathan Wilkinson. Il comportera trois axes de travail :

1. Une ambition commune accrue. Les deux pays travailleront en coopération pour améliorer leurs contributions déterminées au niveau national respectives au titre de l’Accord de Paris dans le but de limiter le réchauffement climatique à 1,5ºC et de parvenir à émissions nettes nulles d’ici à l’horizon 2050. Comme lors de leur partenariat pour le développement de stratégies à long terme en collaboration en 2016, les pays coopéreront à l’élaboration de stratégies spécifiques pour atteindre l’objectif à long terme de 2050, notamment en ce qui concerne les polluants climatiques de courte durée qui doivent faire l’objet d’actions pour que l’objectif de 1,5 ºC reste réaliste. Ces stratégies viseront à la fois à éviter la crise climatique et à saisir l’opportunité économique de la transition vers une économie équitable à faibles émissions de carbone.

2. Harmonisation politique et réglementaire. Du fait de marchés communs, de la superposition des chaînes d’approvisionnement et de la proximité de leurs territoires terrestres et maritimes, les politiques et les règlements des États-Unis et du Canada sont inextricablement liés. Ainsi, les décisions politiques dans un pays peuvent avoir une incidence importante sur les émissions, l’activité économique, la compétitivité et les ressources naturelles dans un autre. Par conséquent, ce volet de travail se concentrera sur l’harmonisation des solutions politiques et des approches réglementaires pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre et leurs impacts, tout en stimulant la croissance économique, en créant des emplois et en améliorant la santé publique.

3. Adaptation au climat, résilience et sécurité. Le changement climatique présente des risques sans précédent pour les États-Unis et le Canada, et en particulier pour les communautés à faible revenu, les populations autochtones et les communautés de couleur. Les États-Unis et le Canada travailleront ensemble pour renforcer la résilience aux impacts climatiques aux niveaux national et local, en privilégiant les besoins de ceux qui sont les plus vulnérables aux changements climatiques. Ce travail s’accompagnera d’une coopération en matière de politiques et d’investissements pour mieux mesurer et gérer les puits de carbone du sol et améliorer leur résilience aux incendies de forêt, aux inondations et autres impacts climatiques.

Conscients de l’importance de l’accélération des actions climatiques à tous les niveaux, les États-Unis et le Canada faciliteront le dialogue entre les acteurs infranationaux et non étatiques américains et canadiens afin d’envisager des possibilités supplémentaires d’initiatives infranationales innovantes susceptibles de faciliter et de renforcer les politiques fédérales en matière d’énergie propre et de climat. Ce dialogue se tiendra deux fois par an au niveau de la présidence, avec des réunions de travail de base programmées selon les besoins. Les premiers résultats en seront présentés au plus tard lors de la deuxième réunion en 2021. La réunion initiale du Dialogue aura lieu entre le 15 mars et le 1er avril, et la seconde début septembre. Les participants au Dialogue seront issus des agences des deux gouvernements en fonction des objectifs définis pour les travaux.


Voir le contenu d’origine : https://www.state.gov/u-s-canada-high-level-ministerial-dialogue-on-climate-ambition/

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.

U.S. Department of State

The Lessons of 1989: Freedom and Our Future