La Maison-Blanche
Fiche d’information

Le 24 mars 2023

Comme l’a dit le président Biden, les États-Unis n’ont pas d’ami, de partenaire ou d’allié plus proche que le Canada. Tout au long des 150 dernières années, nos deux pays ont bâti l’une des relations les plus étroites et les plus larges. Le Canada est notre plus grand partenaire commercial, et près de 2,6 milliards de dollars de biens et de services traversent chaque jour notre frontière commune, la plus longue frontière terrestre du monde, ce qui représente une augmentation de près de 20 % en 2022 par rapport à l’année précédente. Ce commerce est à l’origine de millions d’emplois des deux côtés de la frontière. Nos peuples partagent également des liens personnels et familiaux profonds, et nous avons travaillé ensemble pour relever certains des plus grands défis auxquels le monde est confronté.

Sous cette administration, le président Biden a rétabli la confiance entre nos deux pays tout en réaffirmant l’engagement durable des États-Unis dans le cadre du partenariat entre les États-Unis et le Canada qui profite non seulement à notre peuple, mais au monde entier – et en travaillant ensemble, il n’y a rien que nous ne puissions réaliser.

Les États-Unis et le Canada stimulent les investissements du secteur privé pour promouvoir une croissance économique inclusive et créer des emplois bien rémunérés. Nous nous appuierons sur la loi sur la réduction de l’inflation et la CHIPS and Science Act pour construire des chaînes d’approvisionnement intégrées et rendre l’Amérique du Nord plus compétitive.

  • L’année dernière, les États-Unis ont annoncé un financement de 250 millions de dollars en vertu de la Loi Defense Production Act (DPA) pour que les entreprises américaines et canadiennes puissent extraire et traiter des minéraux critiques pour les véhicules électriques et les batteries de stockage fixes. Les prix décernés aux entreprises américaines et canadiennes seront annoncés ce printemps. Le Fonds canadien d’infrastructure pour les minéraux critiques mettra à disposition 1,5 milliard de dollars canadiens pour financer des projets d’infrastructures d’énergie propre et de transport, ainsi qu’un montant supplémentaire de 1,5 milliard de dollars canadiens par le biais du Fonds stratégique d’innovation pour faciliter la fabrication, le traitement et le recyclage de pointe. Ces pas mutuels renforceront la collaboration entre les États-Unis et le Canada sur la résilience de la chaîne d’approvisionnement.
  • Les deux pays œuvreront sur la voie d’un couloir transfrontalier de conditionnement des semi-conducteurs. Le Canada et IBM commenceront par offrir des incitations importantes dans le cadre d’un protocole d’entente pour développer de nouvelles capacités et des capacités élargies de conditionnement et de test dans son usine de Bromont. Ces dispositions permettront de créer des emplois et de stimuler l’activité économique au Canada et aux États-Unis.
  • Les États-Unis ont également annoncé un financement DPA de 50 millions de dollars à l’intention des entreprises américaines et canadiennes afin de renforcer davantage le conditionnement avancé des semi-conducteurs et des cartes de circuits imprimés en Amérique du Nord. Le Canada mobilisera jusqu’à 250 millions de dollars canadiens issus de son Fonds stratégique pour l’innovation pour des projets de semi-conducteurs.
  • Les États-Unis et le Canada se sont engagés à identifier les opportunités de promotion de la formation et des opportunités de travail dans des domaines prioritaires tels que l’énergie propre et les métiers spécialisés dans les deux pays, et à rassembler les principaux acteurs des entreprises multinationales, des syndicats, des gouvernements des États et des provinces et des établissements d’enseignement et de formation pour développer le vivier de talents nécessaires aux chaînes d’approvisionnement critiques. Les États-Unis et le Canada travailleront avec les constructeurs automobiles, les fabricants de batteries et les syndicats pour partager les efforts de formation et les titres de compétences transfrontaliers afin de répondre à la demande croissante de véhicules électriques en Amérique du Nord.
  • Les États-Unis et le Canada ont mis à jour le Plan d’action conjoint sur la coopération en matière de minéraux critiques. Dans le cadre de ce plan, les départements d’État, du commerce, de la défense et de l’énergie et l’US Geological Survey travailleront avec leurs homologues canadiens pour accroître les échanges d’informations et de données, les efforts conjoints pour promouvoir l’implication du secteur privé, la coordination de la recherche et du développement et la coopération au sein des instances multilatérales.

La lutte contre la crise climatique est une question clé pour le président Biden, et les États-Unis et le Canada – notre plus grand partenaire commercial dans le domaine de l’énergie – se sont engagés à prendre des mesures décisives. Nos pays développeront l’économie de l’énergie propre en adoptant des lois audacieuses comme la loi américaine sur la réduction de l’inflation pour accélérer la transition vers une énergie propre et faire de l’Amérique du Nord une puissance énergétique propre.

  • Les États-Unis et le Canada ont établi la plus grande relation commerciale en matière d’énergie basée sur le marché au monde. Il s’agit d’un solide fondement sur lequel nous pouvons nous appuyer sur la voie de notre objectif d’émissions nettes de gaz à effet de serre nulles. Nous nous efforcerons d’harmoniser les normes en matière de chargement et de concevoir des couloirs transfrontaliers pour les carburants alternatifs, grâce à un financement issu des 7,5 milliards de dollars américains prévus par la loi américaine bipartisane sur les infrastructures et des 1,2 milliard de dollars canadiens pour construire un réseau de chargeurs rapides de véhicules électriques et des options de recharge communautaire des deux côtés de la frontière.
  • Les États-Unis et le Canada travailleront à une collaboration sur Energy Earthshot™ du département américain de l’Énergie, des objectifs de performance décennaux pour les domaines technologiques critiques. Le Canada prévoit d’adopter les objectifs du Long Duration Storage Shot (LDSS), qui vise à réduire de 90 % le coût du stockage de l’énergie à l’échelle du réseau pour les systèmes qui offrent plus de 10 heures d’autonomie au cours de la décennie. Pour atteindre l’objectif du LDSS, le Canada prévoit de prioriser les technologies de stockage d’énergie pour les applications à distance et hors réseau.
  • Le Canada financera et fournira un soutien en nature au programme FIRST (Foundational Infrastructure for Responsible Use of Small Modular Reactor Technology), la principale initiative internationale de l’administration Biden visant à aider les pays partenaires à élaborer des programmes d’énergie nucléaire selon les normes les plus exigeantes en matière de sûreté, de sécurité et de non-prolifération. Les États-Unis et le Canada coordonneront également leurs efforts pour mettre au point des chaînes d’approvisionnement nord-américaines en combustible nucléaire sûres et fiables qui ne dépendent pas de fournisseurs de régimes autoritaires et noueront des partenariats plus larges avec des alliés et des partenaires de longue date, qui permettront tous deux l’accès à de l’uranium faiblement enrichi et de l’uranium faiblement enrichi à forte teneur.
  • S’appuyant sur les engagements du Canada et des États-Unis à atteindre des réseaux électriques nets zéro d’ici 2035 et à accélérer les efforts pour éliminer progressivement les nouvelles installations de production d’électricité au charbon, les deux pays entendent proposer des règlements qui réduiront les émissions de gaz à effet de serre de leurs secteurs respectifs avant cet automne. Les États-Unis et le Canada prévoient également de travailler avec d’autres grands importateurs et exportateurs d’énergie pour définir une approche harmonisée à l’échelle internationale pour mesurer, surveiller, déclarer et vérifier les émissions de méthane et de CO2 tout au long du cycle de vie de la chaîne de valeur des énergies fossiles.
  • Les États-Unis et le Canada se sont engagés à travailler en étroite collaboration avec les peuples autochtones de l’Arctique et feront du savoir autochtone une partie intégrante des processus décisionnels dans la mesure du possible. Les deux pays ont reconnu la nécessité de réduire les émissions localisées de dioxyde de carbone, de méthane et de carbone noir dans l’Arctique pour compléter nos efforts d’atténuation mondiaux. Les deux pays se sont également engagés à conserver et à protéger la biodiversité, les écosystèmes, les habitats et la faune de l’Arctique, et collaboreront pour prévenir les marées noires et autres catastrophes environnementales dans l’Arctique, s’y préparer et y répondre.
  • Les dirigeants ont conscience des défis que la création de la frontière internationale entre les États-Unis et le Canada représentent pour les communautés autochtones. Les dirigeants se sont engagés à travailler ensemble pour faire face aux impacts de la frontière commune sur la mobilité, les pratiques traditionnelles, la préservation des langues autochtones, les liens de parenté, les liens culturels et les opportunités économiques pour les peuples autochtones. Cet engagement porte en particulier sur un travail en partenariat avec les nations tribales et les villages autochtones de l’Alaska aux États-Unis, ainsi qu’avec les peuples des Premières nations, les Inuits et les Métis au Canada, pour trouver des solutions à ces problèmes frontaliers de longue date.
  • Les dirigeants se sont engagés à travailler au cours des prochains mois pour parvenir à un accord sur un régime modernisé du Traité du fleuve Columbia qui assure la gestion des risques d’inondation, la production d’électricité et des avantages environnementaux partagés équitablement par les deux pays et les nations, communautés et parties prenantes autochtones et tribales de ce bassin versant.
  • Les États-Unis et le Canada entreprennent un examen et une évaluation techniques conjoints pour déterminer si l’Accord canado-américain sur la qualité de l’air (AQA) conclu en 1991 atteint ses objectifs environnementaux, et évaluer sa capacité à lutter contre la pollution atmosphérique transfrontalière. L’accord comprend des engagements des deux pays pour lutter contre les pluies acides et l’ozone troposphérique. L’examen portera également sur les polluants/problèmes qui ne sont pas actuellement traités par l’AQA, tels que les particules (PM2,5). En vertu de l’accord, les États-Unis et le Canada coopèrent également sur des sujets scientifiques et de recherche tels que les incendies de forêt, l’ammoniac et le méthane en tant que précurseur de l’ozone.

La migration irrégulière est un problème critique pour le continent américain. Conformément à l’engagement pris dans la Déclaration de Los Angeles sur la migration et la protection, les États-Unis et le Canada travaillent en étroite collaboration pour résoudre ces problèmes en accordant la priorité à une migration ordonnée et sûre par des voies régulières.

  • Le Canada accueillera au cours de l’année 15 000 migrants supplémentaires dans des conditions humanitaires en provenance des principaux pays d’origine du continent, comme Haïti, la Colombie et l’Équateur. Les États-Unis et le Canada ont également annoncé la mise en œuvre d’un accord visant à appliquer les termes de l’Entente sur les tiers pays sûrs aux migrants qui traversent entre les points d’entrée.

Les États-Unis et le Canada sont des partenaires engagés au sein du Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD), le seul commandement militaire binational au monde. Les événements récents ont mis en évidence l’importance du NORAD et de notre partenariat en matière de sécurité et de défense continentales. Les États-Unis et le Canada continueront de se coordonner étroitement pour défendre notre espace aérien.

  • Le Canada a confirmé son engagement à moderniser les capacités du NORAD. Le Canada achètera et mettra en service deux systèmes radar trans-horizon de prochaine génération, au moins un d’ici 2028, pour améliorer l’alerte précoce et la connaissance du domaine des approches nord-américaines. Le Canada fera également des investissements dans les sites d’opérations avancés du Nord pour soutenir les avions de 5e génération et les actifs de mobilité/ravitaillement, des capacités qui devraient être en place avant la livraison des F-35 au Canada, afin d’apporter des améliorations aux aérodromes pour accueillir les appareils, le personnel, le carburant et les munitions.
  • Face aux menaces mondiales, les dirigeants ont reconnu l’importance d’investir dans des forces modernes, prêtes et capables, conformément à leurs promesses dans le cadre de l’engagement d’investissement dans la défense du sommet du Pays de Galles de 2014. Ces investissements permettent des contributions efficaces à l’OTAN, aux Nations unies et à d’autres missions mondiales.

Le trafic de drogues illicites, y compris les opioïdes synthétiques comme le fentanyl, est un défi mondial qui cause des morts et des souffrances inutiles. Les États-Unis et le Canada sont déterminés à poursuivre leur partenariat étroit pour intensifier et élargir les poursuites contre les trafiquants de drogue, démanteler les réseaux criminels, perturber l’approvisionnement en précurseurs chimiques utilisés pour fabriquer du fentanyl illicite et prévenir le trafic de drogues, d’armes à feu et de personnes à travers notre frontière commune. 

  • Le Canada se joindra aux États-Unis pour construire une coalition mondiale contre les drogues synthétiques, et témoigner du leadership américain et canadien en réponse à ce défi commun en matière de santé et de sécurité publiques. La coalition mondiale sera ouverte aux pays de toutes les régions du monde qui souhaitent accélérer les actions mondiales contre les drogues synthétiques. Les États-Unis attendent également avec impatience de travailler avec nos partenaires nord-américains par l’intermédiaire du Comité trilatéral sur le fentanyl pour vaincre l’épidémie d’opioïdes synthétiques.

Les États-Unis et le Canada ont redoublé d’efforts pour la stabilité en Haïti en continuant à travailler ensemble pour trouver une voie permettant de répondre aux besoins sécuritaires et humanitaires d’Haïti.

  • Les États-Unis ont engagé plus de 90 millions de dollars pour soutenir la formation et l’équipement de la Police nationale d’Haïti.
  • Les États-Unis ont fourni plus de 204,7 millions de dollars de financement humanitaire pour répondre aux crises humanitaires complexes en Haïti, notamment une épidémie de choléra, un tremblement de terre, l’insécurité alimentaire, la violence contre les communautés vulnérables et les déplacements massifs de population.
  • Au cours des six derniers mois, les États-Unis ont annoncé une aide humanitaire supplémentaire de 56 millions de dollars pour Haïti, livré 450 tonnes métriques de produits de santé, de logistique et d’eau, d’assainissement et d’hygiène à Haïti, et transporté 232 tonnes métriques d’équipements de protection individuelle pour les travailleurs de la santé, des liquides de réhydratation pour les malades du choléra et des comprimés de désinfection de l’eau.

Les États-Unis et le Canada restent également déterminés à améliorer les résultats en matière de santé.

  • Les États-Unis et le Canada s’emploieront à transformer les essais cliniques et la recherche internationaux, à accélérer l’innovation en matière de biofabrication, à renforcer le rôle de la recherche pendant les épidémies et à exercer leurs capacités d’intervention pour promouvoir le développement de produits médicaux vitaux. Nos deux pays approfondiront également leur collaboration scientifique sur le développement de contre-mesures médicales nouvelles et de prochaine génération pour arrêter les épidémies.

Les États-Unis et le Canada se sont également engagés à renforcer la coopération spatiale.

  • Les États-Unis se sont vivement félicités de la décision du Canada de soutenir la prolongation de l’exploitation de la Station spatiale internationale jusqu’en 2030. Les États-Unis ont également salué l’annonce prochaine des noms de l’équipage de la mission Artemis II qui comprend un astronaute canadien.

Voir le contenu d’origine : https://www.whitehouse.gov/briefing-room/statements-releases/2023/03/24/fact-sheet-strengthening-the-united-states-canada-partnership/

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.

U.S. Department of State

The Lessons of 1989: Freedom and Our Future