Département d’État des États-Unis
Antony J. Blinken, secrétaire d’État
Le 16 octobre 2022
Communiqué de presse

En cette Journée mondiale de l’alimentation, les systèmes alimentaires et la sécurité alimentaire mondiale sont à un moment critique. Les effets conjugués d’une pandémie mondiale, des pressions croissantes dues à la crise climatique, des prix élevés de l’énergie et des engrais, et des conflits armés, notamment la guerre d’agression brutale menée par la Russie contre l’Ukraine, ont perturbé la production et les chaînes d’approvisionnement et accru de manière spectaculaire l’insécurité alimentaire mondiale, en particulier pour les plus vulnérables.

L’impact humain est impressionnant. Au début de l’année 2022, plus de 190 millions de personnes étaient précipitées dans une insécurité alimentaire aiguë. La guerre en Ukraine pourrait ajouter 70 millions de personnes supplémentaires à ce chiffre. Des millions de personnes font face à la faim et à la malnutrition.

Les conflits entraînent des niveaux de faim inadmissibles, car la violence empêche les denrées alimentaires de parvenir aux plus démunis. Les interruptions des chaînes d’approvisionnement causées par la pandémie ont déstabilisé les systèmes alimentaires. Les prix élevés et les problèmes de disponibilité réduisent l’utilisation des engrais. Qu’il s’agisse des sécheresses dans la Corne de l’Afrique ou des inondations au Pakistan, nous constatons également que le changement climatique constitue une menace sérieuse pour notre approvisionnement alimentaire. Certaines zones de la Somalie risquent de connaître la famine pour la deuxième fois en un peu plus d’une décennie.

Le travail qui nous attend est évident. Ce n’est qu’en travaillant ensemble que nous pourrons surmonter les défis mondiaux en matière de sécurité alimentaire auxquels nous sommes confrontés. Au début de cette année, les États-Unis ont présidé un sommet sur la sécurité alimentaire aux Nations unies, qui a lancé la feuille de route pour la sécurité alimentaire mondiale. À l’occasion de cette réunion, nous avons réaffirmé l’engagement des dirigeants mondiaux à agir de toute urgence et à grande échelle pour répondre aux crises alimentaires mondiales urgentes et éviter la faim extrême à des centaines de millions de personnes dans le monde. Plus de 100 pays ont signé l’initiative qui leur demande de prendre sept mesures, parmi lesquelles l’augmentation de la production d’engrais et l’investissement dans une agriculture résiliente au changement climatique.

Les États-Unis ouvrent la voie. Le mois dernier, lors de l’Assemblée générale des Nations unies, le président Biden a annoncé une nouvelle aide de plus de 2,9 milliards de dollars pour lutter contre l’insécurité alimentaire mondiale. Cette annonce s’ajoute aux 6,9 milliards de dollars d’aide que les États-Unis ont déjà engagés cette année pour soutenir la sécurité alimentaire mondiale. Cette aide permettra de sauver des vies grâce à des interventions d’urgence et d’investir dans une aide à la sécurité alimentaire à moyen et long terme afin de protéger les populations les plus vulnérables dans le monde, souvent des femmes et des enfants, face à l’escalade de la crise mondiale de la sécurité alimentaire.

Il ne fait plus aucun doute que la sécurité alimentaire est une question mondiale d’extrême urgence. Ainsi, en cette Journée mondiale de l’alimentation, restons fidèles à son thème, « Ne laisser personne de côté », car la santé, la stabilité et le bien-être de tous nos peuples dépendent de la sécurité alimentaire que nous construisons ensemble.


Voir le contenu d’origine : https://www.state.gov/world-food-day/

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.

U.S. Department of State

The Lessons of 1989: Freedom and Our Future