Département d’État des États-Unis
La secrétaire d’État adjointe Molly Phee
Le 18 janvier 2024
Point de presse spécial

Extraits

QUESTION : Bonjour. Merci, Molly. Puis-je revenir un peu sur la question posée par Will ? En ce qui concerne le Niger, y a-t-il de l’espoir pour ce pays ?  Pensez-vous qu’il en sera question dans les discussions, en particulier en Côte d’Ivoire ? Le gouvernement imposé par le coup d’État, le gouvernement imposé par la junte, a envoyé une délégation à Moscou cette semaine. Cela vous inquiète-t-il ?

MME LA SECRÉTAIRE ADJOINTE MOLLY PHEE : Eh bien, le fait que je sois secrétaire d’État adjointe m’appelle à l’optimisme. Nous essayons toujours de faire en sorte que la situation s’améliore. Au Niger, je pense que le choix de la junte est clair. C’est ce que j’ai expliqué lors de ma visite au début du mois de décembre, à la suite d’un sommet de la CEDEAO qui s’est avéré très fructueux sur la manière de rétablir les relations entre la CEDEAO et le Niger. Nous avons démontré dans le passé que nous les avons aidés, eux et leurs partenaires dans la région, à lutter contre la menace terroriste. Et nous avons aussi, il se trouve que nous avons un bilan économique établi par d’importants projets de la Millennium Challenge Corporation qui ont contribué de manière significative au développement du Niger.

Nous avons beaucoup discuté de la mise en œuvre d’un calendrier, d’un calendrier crédible et rapide pour les élections. Les Nigériens ont prouvé dans le passé qu’ils rendaient rapidement le pouvoir aux civils. Et, bien sûr, nous avons parlé de la libération du président Bazoum — et comme vous l’avez vu au début du mois, la junte a libéré son fils qui était injustement détenu.

Nous n’avons aucune objection à ce que les pays diversifient leurs partenariats. Vous avez entendu le secrétaire d’État en parler. Évidemment, s’ils choisissaient de forger des partenariats avec des pays comme la Russie, ce serait très compliqué. Je pense qu’il suffit de regarder ce qui passe à l’ouest, au Mali, et de voir l’augmentation du nombre de victimes civiles et des atteintes à la sécurité depuis que le gouvernement de la junte malienne a invité le groupe Wagner et chassé les Français. Ce n’est pas un modèle que je suivrais ou que la plupart des gens suivraient en gouvernant un pays.

J’ai donc eu de bonnes discussions en décembre. Reste à voir ce qu’il en résultera. Je pense, encore une fois, que nous avons fait nos preuves là-bas et qu’ils en sont bien conscients. Nous espérons qu’ils prendront la bonne décision.

 


Voir le contenu d’origine :  https://www.state.gov/assistant-secretary-for-african-affairs-molly-phee-previewing-the-secretarys-trip-to-cabo-verde-cote-divoire-nigeria-and-angola/

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.

U.S. Department of State

The Lessons of 1989: Freedom and Our Future