An official website of the United States Government Here's how you know

Official websites use .gov

A .gov website belongs to an official government organization in the United States.

Secure .gov websites use HTTPS

A lock ( ) or https:// means you’ve safely connected to the .gov website. Share sensitive information only on official, secure websites.

La Maison-Blanche
Le 9 juin 2022
Fiche d’information

Aujourd’hui, la vice-présidente Harris a annoncé le lancement du partenariat 2030 entre les États-Unis et les Caraïbes pour répondre à la crise climatique (PACC 2030). Le PACC 2030 est la nouvelle initiative de l’administration Biden-Harris portant sur de nouveaux engagements à l’égard de l’adaptation et la résilience climatiques (et l’intégration) et des programmes d’énergie propre dans l’ensemble de la région des Caraïbes. L’administration Biden-Harris reconnaît les défis uniques et évolutifs en matière de climat et d’énergie auxquels sont confrontés les pays caribéens, et nous nous engageons à travailler de concert pour trouver des solutions. Cette approche globale, adaptable et axée sur un objectif appuiera nos voisins caribéens en tenant compte de la sécurité énergétique ainsi que de l’adaptation et la résilience climatiques avec l’urgence qu’exigent ces défis.

Les Caraïbes sont en première ligne de la crise climatique, notamment la montée du niveau des mers qui menace les îles de faible altitude et exacerbe les ondes de tempête. La crise climatique intensifie également les défis auxquels les nations caribéennes sont confrontées du fait des perturbations économiques liées à la COVID-19. Répondre à la sécurité énergétique et renforcer la résilience au climat peuvent débloquer de nouvelles opportunités et préserver les communautés.

Le PACC 2030 établit un cadre permettant d’accroître la coopération des États-Unis avec les pays des Caraïbes afin de soutenir l’adaptation au climat et de renforcer la sécurité énergétique, tout en consolidant la résilience des infrastructures critiques et des économies locales face à la crise climatique. Le PACC 2030 tiendra lieu de principal mécanisme du gouvernement américain pour l’adaptation et la résilience climatiques régionales et la coopération énergétique jusqu’en 2030, tandis que nous nous efforçons d’atteindre les objectifs à long terme de l’Accord de Paris et les Objectifs de développement durable (SDG) 2030.

Cette approche reconnaît que tous les pays de la région sont vulnérables au changement climatique et aux phénomènes météorologiques extrêmes et exigent un soutien pour répondre à ces défis.

Notre collaboration en vertu du cadre du PACC 2030 fera avancer deux objectifs stratégiques :

1. Renforcer la sécurité énergétique : Les États-Unis s’associeront aux nations caribéennes et aux institutions régionales afin de promouvoir un accès stable aux ressources en énergie propre et à une infrastructure énergétique résiliente en temps opportun, de manière durable et abordable. Ce point inclut l’amélioration de la résilience des systèmes énergétiques de la région face aux chocs d’origine naturelle ou humaine, depuis les ouragans jusqu’aux flambées des prix du pétrole.

2. Promouvoir l’adaptation et la résilience au climat : Les États-Unis collaboreront avec les gouvernements de la région afin d’améliorer les capacités d’adaptation et la résilience au changement climatique ; faciliter l’accès à des services climato-intelligents, des outils et une assistance technique ; et soutenir la conception et le développement d’une infrastructure résiliente au climat.

Pour atteindre ces objectifs, le PACC 2030 organisera ses activités et ses programmes en vertu de quatre piliers :

1. Améliorer l’accès au financement du développement : Reconnaissant que l’accès à un financement est essentiel pour réaliser les objectifs climatiques et d’énergie propre de la région, le PACC 2030 s’efforcera d’élargir l’accès actuel au financement de projet et de débloquer de nouveaux mécanismes financiers pour appuyer le développement d’infrastructures pour le climat et les énergies propres dans la région. Les mesures clés de ce pilier comprendront l’augmentation du financement de l’Agence des États-Unis de financement pour le développement international (DFC) pour des projets relatifs au climat et aux énergies propres dans les pays caribéens défavorisés, de même qu’une collaboration avec des banques multilatérales de développement (BMD) et des fonds d’affectation spéciale pour le climat et l’environnement pour améliorer le contexte politique et débloquer l’accès à un financement d’infrastructure supplémentaire pour les Caraïbes.

2. Faciliter le développement de projets d’énergie propre et l’investissement dans ces derniers : Pour attirer les investissements privés dans des projets d’infrastructure axée sur l’énergie propre et d’adaptation climatique dans la région, le PACC 2030 soutiendra le développement de projets d’infrastructure finançables, fera la promotion de politiques réglementaires saines, renforcera les projets en prévision et facilitera les possibilités d’investissement. Les mesures clés en fonction de ce pilier comprendront l’établissement d’une nouvelle équipe de facilitation des investissements PACC 2030 et un nouveau programme d’assistance technique PACC 2030 susceptibles d’aider à mobiliser des investissements privés et à s’associer à des services publics d’électricité et des régulateurs afin d’intégrer davantage d’énergie propre dans les systèmes d’alimentation et de transport caribéens.

3. Améliorer le renforcement des capacités locales : Dans le but d’améliorer les capacités locales pour évaluer, planifier, prédire, atténuer et répondre à des phénomènes météorologiques extrêmes et aux risques associés dans un climat en évolution, le PACC 2030 augmentera l’accès et l’utilisation efficace des outils d’information climatique et météorologique et d’aide à la décision. De plus, le PACC 2030 établira des échanges pédagogiques axés sur le climat et les énergies propres, des stages et des formations en appui de parcours vers des carrières dans l’adaptation au climat et à l’énergie propre. Les mesures clés en fonction de ce pilier comprendront l’accès à des données climatiques globales et de nouveaux outils de prévision et l’élargissement du partenariat public-privé 100,000 Strong in the Americas aux Caraïbes.

4. Approfondir la collaboration avec nos partenaires des Caraïbes : Mettant à profit les engagements à tous les niveaux, depuis les sommets concernant les leaders aux groupes de travail technique, pour atteindre les objectifs stratégiques, le PACC 2030 s’attachera à traduire les engagements politiques pour le climat et les énergies propres en feuilles de route politiques, en plans de mise en œuvre, et en résultats concrets. Les mesures clés en fonction de ce pilier comprendront la collaboration entre le centre des Caraïbes pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique (Caribbean Centre for Renewable Energy and Energy Efficiency ou CCREEE) et les services publics d’électricité des Caraïbes : la participation au forum d’énergie durable des Caraïbes (Caribbean Sustainable Energy Forum) pour accroître l’engagement technique sur le développement des énergies propres et les transports dans la région ; et la collaboration avec l’Agence d’intervention rapide en cas de catastrophe dans les Caraïbes (Caribbean Disaster Emergency Management Agency), le Système de sécurité régional et l’Institut de météorologie et d’hydrologie des Caraïbes (Caribbean Institute for Meteorology and Hydrology) sur l’adaptation climatique et les questions de résilience.

Piliers d’action du PACC 2030 États-Unis Caraïbes

1. Améliorer l’accès au financement du développement :

  • Financement américain du développement : La DFC examinera les moyens d’accroître l’accès à un financement de la DFC pour les projets climatiques et d’énergie propre dans les pays défavorisés des Caraïbes. La DFC assurera une collaboration intégrée dans le cadre du Programme d’assistance technique du PACC 2030 en donnant suite à l’assistance technique propre au projet avec des options financières. La DFC cherchera également à conclure un partenariat avec la Banque mondiale, la banque interaméricaine de développement (BID), la banque de développement des Caraïbes (BDC) et d’autres banques multilatérales de développement (BMD) pour améliorer la mobilisation de capitaux et accroître l’accès au financement.
  • Mécanismes internationaux de financement : Les États-Unis plaideront en faveur d’un meilleur accès à des mécanismes internationaux de financement afin de débloquer des fonds supplémentaires pour les projets d’infrastructure dans les pays des Caraïbes défavorisés. Le département du Trésor va (1) examiner les options pour élargir l’utilisation des clauses de report de la dette des BMD afin de créer un espace fiscal supplémentaire pour répondre aux chocs économiques ; (2) être ouvert à l’extension de l’accès temporaire aux ressources du groupe de la Banque mondiale à la suite de phénomènes extrêmes pour les pays des Caraïbes vulnérables au climat qui avaient obtenu des programmes d’assistance financière de BMD ; (3) demander que la Banque mondiale améliore la transparence relative aux critères pour accéder à l’aide de l’Association de développement international en présence de catastrophes liées au climat ; (4) soutenir l’accès élargi à des financements mixtes pour les pays caribéens et plaider en faveur d’un accès solide au financement pour les petits États insulaires en développement dans des fonds multilatéraux pour l’environnement et le climat (par exemple, le Fonds vert pour le climat, le Fonds pour l’environnement global) : et (5) œuvrer à l’extension d’un soutien supplémentaire pour les pays d’Amérique latine et des Caraïbes par le biais de nouvelles ressources pour IDB Invest et dans le contexte de réformes structurelles ayant un sens, le fonds pour la résilience et la durabilité du FMI.
  • Banque de développement des Caraïbes : Les États-Unis, par le biais de leurs subventions bilatérales, l’assistance technique et le financement de projets, élargiront leur coopération avec la Banque de développement des Caraïbes (BDC) et encourageront une coopération plus approfondie entre la BDC, IDB et la Banque mondiale, en matière de financement des États-membres de la BDC. Pour faire avancer les choses, les États-Unis examineront, à l’aide de consultations auprès du congrès américain, l’adhésion à la BDC, conformément aux normes américaines pour l’adhésion à des banques multilatérales de développement.

2. Faciliter le développement de projets et les investissements :

  • L’équipe de facilitation des investissements du PACC 2030 : Le bureau des ressources énergétiques au sein du département d’État collaborera avec l’Agence des États-Unis pour le développement international et l’Agence des États-Unis pour le commerce et le développement pour diriger la nouvelle équipe de facilitation des investissements du PACC 2030 qui : (1) développera des projets en matière de climat et d’énergie propre dans les Caraïbes ; (2) déterminera les lacunes actuelles dans les secteurs des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique ; (3) examinera les possibilités d’accroître la production électrique à partir de sources plus propres ; et (4) établira un mécanisme de facilitation de projet et d’investissement pour tirer profit d’un plus grand investissement du secteur privé dans des projets ayant trait au climat et aux énergies propres.
  • Programme d’assistance technique du PACC 2030 : Les États-Unis collaboreront avec les autorités et les institutions nationales et régionales des Caraïbes pour promouvoir les objectifs du PACC 2030 et examineront les moyens d’apporter un soutien technique pour développer des projets climatiques et d’énergie propre finançables dans les Caraïbes. Le soutien dans le cadre de ce programme établira la priorité pour : (1) mener des études de faisabilité et des analyses détaillées pour faire avancer les projets de la phase de la conception à celle du financement ; (2) développer les capacités réglementaires et des services publics pour déployer des énergies propres et faire fonctionner des systèmes électriques résilients ; (3) renforcer le recours aux sciences liées au climat et aux analyses pour la prise de décision ; (4) développer et mettre en place des stratégies d’adaptation climatique pour le développement de l’infrastructure et les codes de construction ; (5) mettre en place des stratégies de gestion des ressources climato-intelligentes, par exemple une meilleure gestion des bassins versants et une agriculture intelligente face au climat ; et (6) accélérer le développement et l’adoption d’approches résilientes au climat et aux catastrophes dans les secteurs économiques prioritaires de la région concernant l’agriculture, l’eau et l’économie bleue.
  • Séries de tournées du PACC 2030 : Les États-Unis organiseront une série de tournées de développement de projet et de missions commerciales inversées dans les Caraïbes pour identifier et cultiver des nouveaux projets d’énergie propre et d’adaptation climatique à envisager en priorité.
  • Missions commerciales inversées pour le climat et les énergies propres : Les États-Unis organiseront des missions commerciales inversées et des formations ciblées pour présenter les technologies américaines, les solutions et les bonnes pratiques à des parties prenantes afin de les soutenir dans leurs réponses aux défis liés au climat et aux énergies propres dans les Caraïbes.
  • Bourses d’approvisionnement en énergie : Les États-Unis réuniront les responsables des marchés publics du secteur de l’énergie pour des échanges axés sur le climat et la résilience énergétique et des visites aux États-Unis. Ces activités appuieront les efforts des pays caribéens visant à établir des pratiques et des politiques d’approvisionnement qui intègrent l’analyse du coût du cycle de vie et la détermination des bonnes valeurs de manière équitable et transparente.

3. Améliorer le renforcement des capacités locales :

  • Données, outils et informations sur le climat mondial : Les États-Unis œuvreront avec les partenaires des Caraïbes pour répondre aux besoins propres à la région concernant l’alerte précoce, la réduction du risque de catastrophe et l’adaptation climatique et pour donner accès à des données, des outils et des informations sur le climat dans le monde. Pour renforcer les institutions et les forums des partenaires nationaux et régionaux, les États-Unis soutiendront le renforcement des capacités pour prévoir, se préparer et répondre aux risques côtiers et aux phénomènes extrêmes liés à la météorologie, l’eau et le climat ; améliorer la résilience écosystémique ; et aider au développement de la prochaine génération de décideurs informés sur le climat.
  • Systèmes de données climatiques informées par l’utilisateur : Les États-Unis œuvreront avec les partenaires des Caraïbes pour que les informations climatiques soient pertinentes, accessibles et utiles pour les décideurs, dans le secteur public comme privé, afin d’améliorer leur aptitude à s’adapter au changement climatique, à atténuer les risques de catastrophe et à augmenter la résilience. Les activités porteront sur le renforcement et l’élargissement des systèmes de données climatiques informées par l’utilisateur pour soutenir le partage et l’utilisation des informations climatiques au moyen d’une disponibilité et une accessibilité améliorées ; l’adoption accrue de plans d’adaptation et de mécanismes et stratégies d’adaptation ; et le soutien de systèmes d’information sur les risques efficaces pour améliorer la résilience aux catastrophes.
  • 100,000 Strong in the Americas  – climat et STIM : Les États-Unis élargiront ce partenariat public-privé important afin d’y inclure un focus sur les Caraïbes, qui cherchera à développer la capacité institutionnelle et augmenter l’accès à une formation innovante et inclusive, et à des programmes de développement pédagogique concernant le climat, les économies vertes, les STIM, la santé et d’autres domaines.
  • Développer des solutions locales d’île à île pour le climat et les Objectifs de développement durable : Les États-Unis faciliteront les réseaux de pairs à pairs reliant les experts du climat dans les Caraïbes à ceux des territoires insulaires aux États-Unis et ailleurs, apportant une assistance ciblée en réponse aux besoins des parties prenantes pour faire avancer les bonnes pratiques en matière de stratégies climatiques et d’applications des données pour que les Objectifs de développement durable 2030 et les objectifs climatiques puissent progresser.
  • Solutions aux changements climatiques basées sur la nature : Les États-Unis soutiendront l’adaptation au changement climatique, l’atténuation et la résilience en œuvrant avec les pays des Caraïbes afin de renforcer les capacités pour concevoir et gérer des réseaux d’aires marines protégées efficaces et étendues. Ces activités porteront sur des solutions au changement climatique basées sur la nature qui protègent le littoral, séquestrent le carbone et donnent lieu à des habitats et des communautés qui en dépendent plus résilients et des ressources marines vivantes.

4. Approfondir la collaboration avec les partenaires des Caraïbes :

  • Engagement des leaders américains et caribéens au sommet des Amériques : Au sommet des Amériques, la vice-présidente Harris discutera avec les dirigeants caribéens pour mettre à profit ce partenariat global, adaptable et axé sur les objectifs afin d’engager davantage le secteur privé et de soutenir les Caraïbes en tenant compte de la sécurité énergétique et l’adaptation climatique avec l’urgence qu’elles exigent.
  • Énergie propre, adaptation climatique et phénomènes de résilience dans les Caraïbes : Les États-Unis convoqueront un panel de discussion avec la république dominicaine, en tant que chef du groupe de travail sur l’énergie de transition au sommet des Amériques, pour souligner le rôle clé que le secteur privé jouera dans la transition caribéenne vers des énergies propres et renouvelables. De plus, les États-Unis participeront au forum biannuel sur l’énergie durable dans les Caraïbes pour accroître l’engagement en matière d’énergies propres et le développement des transports dans la région. En consultation avec les gouvernements et les partenaires caribéens, des événements supplémentaires seront mis au point, et pourraient inclure la promotion de l’investissement, le renforcement des capacités techniques et réglementaires et la formation, et d’autres activités.
  • Centre des Caraïbes pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique (CCREEE) : Les États-Unis collaboreront avec le CCREEE pour promouvoir l’utilisation des énergies durables dans la région par un parcours résilient au climat qui soutient la croissance économique et le développement social.
  • Forum régional sur les perspectives climatiques dans les Caraïbes : Les États-Unis collaboreront avec des partenaires, dont l’institut de météorologie et d’hydrologie des Caraïbes pour encourager la recherche conjointe, la formation et l’engagement axé sur l’amélioration du forum régional sur les perspectives climatiques dans les Caraïbes et l’utilisation de ce réseau pour atténuer les risques climatiques et améliorer la résilience dans l’ensemble de la région.

Voir le contenu d’origine : https://www.whitehouse.gov/briefing-room/statements-releases/2022/06/09/fact-sheet-vice-president-harris-launches-the-u-s-caribbean-partnership-to-address-the-climate-crisis-2030-pacc-2030/ 

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.

U.S. Department of State

The Lessons of 1989: Freedom and Our Future