An official website of the United States Government Here's how you know

Official websites use .gov

A .gov website belongs to an official government organization in the United States.

Secure .gov websites use HTTPS

A lock ( ) or https:// means you’ve safely connected to the .gov website. Share sensitive information only on official, secure websites.

La Maison-Blanche
23 septembre 2021
Fiche d’information

« Et au vu du fait que près d’une personne sur trois dans le monde n’avait pas accès à une alimentation adéquate l’année dernière, les États-Unis sont déterminés à rallier leurs partenaires pour répondre aux besoins immédiats en matière de malnutrition et à faire en sorte de pouvoir nourrir durablement le monde pendant des dizaines d’années encore. À cette fin, nous nous engageons à consacrer 10 milliards de dollars à l’éradication de la faim et aux investissements dans les systèmes alimentaires au niveau national et international. » – Le président Biden, discours à l’Assemblée générale des Nations unies, le 21 septembre 2021

Les États-Unis s’engagent à développer des solutions innovantes, inclusives, fondées sur les sciences et créatives pour la transformation des systèmes alimentaires. Ils s’engagent à mettre à profit le pouvoir de marchés qui fonctionnent bien sur le plan local et international afin de renforcer la sécurité alimentaire et les systèmes alimentaires durables en augmentant les possibilités de revenu, en stabilisant l’approvisionnement et les prix alimentaires, en réduisant les pertes et le gaspillage alimentaires et en améliorant la diversité alimentaire et la nutrition.

Établir des systèmes alimentaires durables exige d’œuvrer sur les trois volets du développement durable – les dimensions sociales, économiques et environnementales. Des systèmes alimentaires plus efficaces sont indispensables pour atténuer la pauvreté, satisfaire les besoins alimentaires du monde et réduire l’impact environnemental de l’agriculture. Aider tous les éléments des systèmes alimentaires à s’adapter au réchauffement de la planète et à réduire les émissions mondiales grâce à des pratiques agricoles climato-intelligentes est également primordial pour assurer une sécurité alimentaire et nutritionnelle à long terme.

Le secrétaire du département de l’Agriculture des États-Unis (USDA) Tom Vilsack et l’administratrice de l’USAID Samantha Power se sont joints au secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres et aux partenaires mondiaux lors du Sommet sur les systèmes alimentaires des Nations unies le 23 septembre afin de pousser à des mesures urgentes pour mettre un terme à la faim et la malnutrition et développer des systèmes alimentaires plus durables, équitables et résilients sur le plan national et à l’étranger. Démontrant l’engagement américain visant à accélérer le progrès dans le but d’atteindre ces objectifs, les États-Unis ont annoncé un investissement, prévu sur plusieurs années, de plus de 10 milliards USD pour promouvoir la transformation des systèmes alimentaires par le biais de l’innovation et d’une agriculture climato-intelligente, d’une meilleure infrastructure pour l’accès à l’alimentation et à des opportunités inclusives de marché, de programmes accordant la priorité aux besoins des femmes et des enfants, d’une meilleure nutrition, de la réduction des pertes et du gaspillage alimentaires et d’une atténuation et adaptation aux changements climatiques dans notre propre pays et à l’étranger. L’administration espère œuvrer avec le Congrès pour faire avancer ces initiatives critiques.

Sur le plan national, nous établissons des trajectoires pour répondre à ces enjeux, y compris des investissements historiques pour reconstruire en mieux face à la crise climatique et aux perturbations économiques résultant de la COVID-19. Sur notre engagement total de 10 millions USD annoncés par le secrétaire de l’USDA Tom Vilsack, nous avons l’intention d’investir 5 milliards USD pour renforcer les systèmes alimentaires aux États-Unis, y compris par le biais d’investissements dans les systèmes et l’infrastructure pour garantir l’accès à une alimentation saine à tous les Américains, et des investissements sur des marchés équitables et efficaces pour améliorer l’inclusion et la résilience de nos systèmes alimentaires. D’autres investissements nationaux soutiennent l’expansion d’une agriculture et une foresterie climato-intelligentes.

Les États-Unis s’engagent à répondre à ces défis non seulement sur le plan national mais aussi à travers le monde, en partenariat avec les gouvernements, les acteurs locaux et le secteur privé. Œuvrant avec le Congrès, et en s’appuyant sur le fait d’être depuis longtemps le plus grand fournisseur de l’aide internationale pour l’agriculture, le développement économique et la nutrition, de même que pour l’aide humanitaire, l’administratrice de l’USAID et la coordinatrice de l’initiative Feed the Future (nourrir l’avenir) Samantha Power a annoncé un engagement de 5 milliards USD sur cinq ans pour Feed the Future, une initiative du gouvernement américain pour lutter contre la faim et l’insécurité alimentaire dans le monde, et une augmentation des pays ciblés par cette initiative. Lancée en 2010 pour réduire la pauvreté, la faim et la malnutrition, Feed the Future soutient le parcours de pays vers la transformation du système alimentaire, s’appuyant sur l’expertise et l’expérience des États-Unis en innovation, technologie, et recherche et développement.

Les programmes internationaux sous l’égide de l’initiative Feed the Future et d’autres initiatives nationales qui soutiennent les objectifs du Sommet sur les systèmes alimentaires des Nations unies incluent :

  • Financement pour la sécurité alimentaire et les projets agricoles : La Société de financement du développement international des États-Unis (DFC) s’est fixée l’objectif de financer 1 milliard USD sur cinq ans en sécurité alimentaire et projets agricoles. La DFC fournira un financement pour l’emprunt et les fonds propres et une assurance contre les risques politiques à des projets du secteur privé dans les domaines incluant la production agricole, l’irrigation, la transformation alimentaire, le stockage des aliments, l’expédition et la logistique et la technologie financière liée aux systèmes alimentaires.
  • Financement de la nutrition dans les pays à revenu faible et intermédiaire : L’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) s’est jointe à une collaboration existante entre la DFC et la Eleanor Crook Foundation afin de mobiliser 100 millions USD de financement sur cinq ans pour se pencher sur les causes fondamentales de la malnutrition dans les pays à revenu faible et intermédiaire, aborder les effets de la COVID-19 sur la malnutrition et l’insécurité alimentaire, et mettre à bien les solutions du secteur privé pour réduire la malnutrition dans le monde. En outre, cette collaboration aidera à combler le déficit de financement des petites et moyennes entreprises (PME) agissant dans le domaine des aliments nutritifs, étant donné que les PME fournissent la majorité de l’alimentation consommée en Afrique subsaharienne, mais souvent n’ont pas accès au capital nécessaire pour s’améliorer et se développer.
  • Fortification alimentaire : L’USAID s’est aussi engagée à investir 38 millions USD sur cinq ans pour étendre la fortification alimentaire sur une vaste échelle afin de livrer les vitamines et les minéraux essentiels à ceux qui en ont le plus besoin. L’investissement de l’USAID soutiendra la mise à l’échelle d’une fortification alimentaire de grande ampleur par le biais d’un leadership mondial, d’une expertise propre au contexte et de partenariats avec les gouvernements, le secteur privé et la société civile. En plus de l’investissement prévu de 38 millions USD, l’USAID lancera un nouveau partenariat sur la fortification alimentaire à grande échelle avec la Bill & Melinda Gates Foundation et l’UNICEF pour répondre à la malnutrition largement répandue dans les pays à revenu faible et intermédiaire.
  • Réduction des pertes et du gaspillage alimentaires : Globalement, huit à dix pour cent des émissions de gaz à effet de serre sont attribués aux pertes et au gaspillage alimentaires. L’USAID a annoncé son intention d’investir 60 millions USD sur cinq ans dans de nouvelles subventions de recherche qui contribueront à des solutions essentielles pour réduire les pertes et le gaspillage alimentaires. Ce montant inclut une subvention de 25 millions USD et 15 millions USD supplémentaires en financement potentiel à Tufts University pour diriger le laboratoire d’innovation de Feed the Future pour les systèmes alimentaires en matière de nutrition. Les États-Unis se sont joints à la coalition mondiale sur les pertes et le gaspillage alimentaires « Food is Never Waste » et ont affirmé et renforcé leurs engagements en cours visant à réduire les pertes et le gaspillage alimentaires sur le plan national.
  • Coalition pour l’alimentation en milieu scolaire : Les États-Unis se sont joints à la coalition mondiale pour l’alimentation scolaire : nutrition, santé et éducation pour chaque enfant (School Meals: Nutrition, Health and Education for Every Child) afin d’aider à garantir l’accès pour tous les enfants à des repas nutritifs à l’école d’ici 2030. La coalition soutiendra des programmes d’alimentation scolaire complets et efficaces dans le monde en plaidant en faveur d’une coordination plurisectorielle, de sources stables de financement et d’une recherche constante pour améliorer la qualité et l’efficacité des programmes.
  • Agriculture et foresterie climato-intelligentes (CSAF) : Avec pour objectif d’augmenter durablement la production et les revenus agricoles ; de s’adapter et de renforcer la résilience face aux changements climatiques ; et de réduire ou éliminer les émissions de gaz à effet de serre, le projet CSAF peut jouer un rôle important pour satisfaire les objectifs mondiaux liés à la sécurité alimentaire et l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques. Lors du Sommet sur les systèmes alimentaires, les États-Unis et les Émirats arabes unis ont continué à faire progresser une initiative mondiale de mission pour l’innovation agricole pour le climat (Agriculture Innovation Mission for Climate ou AIM for Climate) – dans le but d’augmenter de manière spectaculaire les investissements publics et privés dans l’innovation en matière d’agriculture et de systèmes alimentaires climato-intelligents. Le nombre de pays appuyant le projet AIM for Climate a plus que triplé depuis que le président Biden en avait donné un aperçu au sommet de dirigeants sur le climat en avril. Par ailleurs, les États-Unis ont annoncé au Sommet pour les systèmes alimentaires la formation d’une coalition mondiale, la Croissance de la production durable pour la sécurité alimentaire et la conservation des ressources (Sustainable Productivity Growth for Food Security and Resource Conservation). L’objectif de cette coalition est d’accélérer la transition vers des systèmes alimentaires plus durables qui optimisent la durabilité agricole dans les dimensions sociales, économiques et environnementales. Pour faire progresser plus avant le projet CSAF au niveau national, les États-Unis ont publié leur stratégie CSAF et mettent en place un certain nombre de projets de conservation en soutien de CSAF.
  • Politique des systèmes agricoles sensibles au genre (GRASP) : Un nouveau programme virtuel de bourses de trois ans et demi, financé par l’USAID, pour les responsables politiques féminines en Afrique, catalyse le changement politique qui fait la promotion de l’égalité des genres et de l’autonomisation des femmes dans les systèmes alimentaires. Les bourses GRASP soutiendront un maximum de 100 femmes politiques en Afrique en proposant des réseaux, un encadrement et des possibilités ciblées de leadership et de développement professionnel nécessaires afin de formuler des politiques qui suppriment les barrières à la participation entière des femmes en créant des communautés où règne la sécurité alimentaire.
  • Le Programme mondial pour l’agriculture et la sécurité alimentaire (GAFSP) est un mécanisme de financement multilatéral de 1,7 milliard USD qui a aidé les pays du monde les plus pauvres (Association de développement international -uniquement) à accroître leurs investissements dans l’agriculture et la sécurité alimentaire. Les États-Unis se sont joints à d’autres partenaires pour appeler l’unité de coordination du GAFSP à élaborer une stratégie afin d’intégrer systématiquement les aspects liés au climat dans ses opérations, y compris par le biais de demandes thématiques pour les propositions, ainsi que des normes solides pour la conception, la mise en place et la quantification des résultats de projet. Cette action contribuera à renforcer davantage l’accent mis actuellement sur le climat dans le portefeuille du GAFSP.

Voir le contenu d’origine : https://www.whitehouse.gov/briefing-room/statements-releases/2021/09/23/fact-sheet-biden-harris-administration-commit-to-end-hunger-and-malnutrition-and-build-sustainable-resilient-food-systems/

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.

U.S. Department of State

The Lessons of 1989: Freedom and Our Future