La Maison-Blanche
Le 13 juin 2021
Fiche d’information

Les États-Unis se joignent aux démocraties du monde pour travailler pour son peuple, répondre aux plus grands défis du monde actuel et faire montre de ses valeurs partagées.

Aujourd’hui, le président Biden et les dirigeants du G7 vont montrer que nous sommes unis par nos valeurs communes et une détermination collective au sein des plus grandes démocraties en faveur de la prise en charge des défis d’aujourd’hui.  Le président Biden et les dirigeants se sont accordés sur un ensemble d’actions concrètes centrées sur des priorités clés concernant le travail forcé dans les chaînes d’approvisionnement mondiales, la menace posée par le rançongiciel et la lutte contre la corruption.

Les États-Unis et le G7 s’engagent à éliminer le travail forcé des chaînes d’approvisionnement mondiales : Les États-Unis et ses partenaires du G7 restent profondément préoccupés par le recours à toutes les formes de travail forcé dans les chaînes d’approvisionnement mondiales, y compris le travail forcé de groupes vulnérables et de minorités parrainé par les États, et les chaînes d’approvisionnement dans les secteurs de l’agriculture, du solaire et de l’habillement, les chaînes d’approvisionnement qui posent le plus d’inquiétudes étant au Xinjiang.  Les dirigeants se sont accordés sur l’importance du respect des droits de l’homme et des normes internationales en matière de travail et se sont engagés à protéger les personnes contre le travail forcé.  Nous saluons l’engagement de nos partenaires du G7 visant à assurer que toutes les chaînes d’approvisionnement mondiales soient libres de tout recours au travail forcé.  Nous nous réjouissons d’identifier des domaines dans lesquels nous pourrons renforcer notre coopération et nos travaux collectifs en vue d’éradiquer le recours à toutes formes de travail forcé dans les chaînes d’approvisionnement mondiales, conformément au droit international et aux lois nationales.

Engagement en faveur de la lutte contre le rançongiciel : Le rançongiciel est un défi mondial de longue date et une menace continue à gagner en amplitude et en sophistication. Ne serait-ce qu’au cours des quelques dernières semaines, plusieurs intrusions cybernétiques conséquentes ont touché, dans de nombreux pays du G7 et autres, des infrastructures essentielles, des sociétés manufacturières et spécialisées dans l’électronique, ainsi que des hôpitaux. Ces groupes criminels transnationaux tirent parti de l’infrastructure, des devises virtuelles et de réseaux de blanchiment d’argent et ciblent des victimes partout dans le monde, en agissant souvent depuis des zones géographiques qui offrent un environnement laxiste pour la commission de telles activités cybernétiques malveillantes. Les acteurs publics comme privés de la communauté internationale doivent œuvrer ensemble pour assurer que les infrastructures essentielles soient résilientes face à cette menace, que les activités cybernétiques malveillantes fassent l’objet d’enquêtes et de poursuites, que nous renforcions nos cyberdéfenses collectives et que les États prennent en charge les activités criminelles commises au sein de leurs frontières. Les États-Unis et ses partenaires du G7 s’engagent à travailler ensemble dans l’urgence pour prendre en charge la menace partagée montante posée par les réseaux criminels de rançongiciel.

Action collective contre la corruption : Le 3 juin 2021, le président Biden a déclaré que le travail de lutte contre la corruption constituait un intérêt essentiel national aux États-Unis et a publié une étude de sécurité nationale sur la lutte contre la corruption pour mettre ces importants travaux en exergue. La corruption ronge la confiance publique, rend les gouvernements moins efficaces, gaspille les ressources publiques et sape les bases-mêmes des sociétés démocratiques. La corruption impose des coûts énormes aux économies et est fondamentalement injuste pour les citoyens. En tant que groupe représentant les plus grandes économies au monde, les membres du G7 doivent en faire davantage pour assurer que les gains de la corruption ne finissent pas dans des comptes introuvables, cachés par des sociétés fictives ou dans l’immobilier.

De concert avec nos partenaires du G7, les États-Unis sont déterminés à agir de manière significative afin de lutter efficacement contre la corruption, par exemple en s’attaquant aux abus de sociétés fictives, en limitant la capacité des mauvais acteurs à blanchir leurs argents dans l’immobilier, en améliorant le partage d’informations concernant la corruption et en réformant l’octroi d’assistance étrangère en faisant de la lutte contre la corruption une priorité transversale. Nous saluons l’engagement du G7 en faveur d’une action collective de lutte contre la corruption.

Davantage de détails seront inclus dans le communiqué des dirigeants du G7.


Voir le contenu d’origine : https://www.whitehouse.gov/briefing-room/statements-releases/2021/06/13/fact-sheet-g7-to-announce-joint-actions-on-forced-labor-in-global-supply-chains-anticorruption-and-ransomware/

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.

U.S. Department of State

The Lessons of 1989: Freedom and Our Future