La Maison-Blanche
Le 21 septembre 2022
Fiche d’information

Aujourd’hui, lors de la septième conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial, le président Biden a annoncé que la conférence avait permis de collecter 14,25 milliards de dollars à ce jour, soit le montant le plus important jamais collecté pour le Fonds mondial et l’une des plus grandes collectes de fonds jamais réalisées pour la santé mondiale.

Au cours des 20 dernières années, le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme (le Fonds mondial) a investi plus de 53 milliards de dollars, sauvant 44 millions de vies et réduisant de plus de moitié le taux de mortalité combiné dû au VIH, à la tuberculose et au paludisme dans les pays à revenu faible ou intermédiaire où le Fonds mondial investit. Le 21 septembre 2022, le gouvernement des États-Unis et le Fonds mondial ont réuni des gouvernements, la société civile et le secteur privé à l’occasion de la septième conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial, à New York, afin de prendre des mesures audacieuses pour lutter contre le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme.

Les donateurs gouvernementaux et le secteur privé ont formellement engagé leurs contributions pour que le Fonds mondial puisse continuer à faire son travail essentiel pour sauver des vies. Le financement sera utilisé au cours du cycle de subventions 2023-2025 pour toucher plus de 120 pays à revenu faible ou intermédiaire. Ces investissements renforceront notre capacité mondiale à lutter contre ces épidémies existantes et permettront de mettre en place des systèmes de santé plus résilients en prévision des menaces sanitaires et des pandémies futures. Ce travail est également essentiel pour prévenir la violence basée sur le genre et y répondre, ainsi que pour faire progresser la santé et les droits en matière de sexualité et de procréation, tant aux États-Unis que dans le reste du monde.

Le budget du président Biden pour l’année fiscale 2023 comprend une demande de 2 milliards de dollars pour le Fonds mondial, ce qui représente la première partie d’un engagement de 6 milliards de dollars sur trois ans de la part des États-Unis pour la septième reconstitution des ressources. Cela démontre l’état de préparation du gouvernement des États-Unis, qui est prêt à verser 1 dollar pour chaque 2 dollars versés par les autres donateurs, et notre ferme engagement à sauver des vies et à continuer de lutter contre le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme. Nous travaillons avec le Congrès pour tirer parti de ces investissements de longue date et bipartisans.

Les États-Unis sont fiers d’être le premier donateur en matière de santé mondiale. Alors que nous nous efforçons de mettre fin aux épidémies de VIH/sida, de paludisme et de tuberculose, nous restons déterminés à renforcer les systèmes et institutions de santé, à faire progresser la sécurité sanitaire mondiale, à faire progresser la santé et les droits en matière de sexualité et de procréation, et notamment la santé maternelle, néonatale et infantile, à combler les lacunes en matière de nutrition et de maladies non transmissibles, et à accélérer les mesures en faveur de la couverture sanitaire universelle et du Programme de développement durable. Au cours de l’exercice fiscal 2021, les États-Unis ont fourni plus de 9 milliards de dollars pour soutenir les programmes de santé mondiaux, en plus des 16 milliards de dollars destinés à leurs partenaires pour l’aide sanitaire, économique et humanitaire relative à la COVID-19 visant à lutter contre ce virus et ses impacts. Ces fonds permettent d’administrer des vaccins, de procurer des fournitures vitales aux hôpitaux et d’apporter un soutien aux communautés les plus marginalisées.

Les investissements substantiels du gouvernement des États-Unis dans ces priorités sanitaires reflètent notre engagement à travailler avec nos partenaires pour renforcer les systèmes de santé et mettre fin à ces épidémies, notamment en éradiquant le VIH ici aux États-Unis. L’équité est au cœur de ce travail, ce qui signifie que chacun, peu importe qui il est, qui il aime ou d’où il vient, est en mesure de vivre une vie saine, productive et épanouissante.

Points forts des engagements du Fonds mondial lors de la septième conférence de reconstitution des ressources

Les États-Unis félicitent tous les gouvernements donateurs qui ont apporté une contribution solide pour soutenir le travail salvateur du Fonds mondial. Les principaux donateurs du Fonds mondial, dont le Japon (1,08 milliard de dollars), l’Allemagne (1,3 milliard d’euros), la Commission européenne (715 millions d’euros), la France (près de 1,6 milliard d’euros) et le Canada (1,21 milliard de dollars canadiens), ont tous augmenté leurs engagements depuis la dernière conférence. La Corée a quadruplé son engagement (à 100 millions de dollars), tandis que le Kenya a augmenté son engagement de deux tiers (à 10 millions de dollars).

Les pays partenaires de mise en œuvre du Fonds mondial sont également venus en force et ont pris des engagements importants pour investir dans leurs propres programmes de santé. Dans une démonstration sans précédent de solidarité mondiale, vingt partenaires de mise en œuvre du Fonds mondial ont annoncé des engagements pour la septième reconstitution des ressources du Fonds mondial, dont 18 du continent africain.

Le secteur privé est au cœur du partenariat du Fonds mondial, et il est un contributeur essentiel depuis sa création. Le Fonds mondial reprend les innovations du secteur privé et les transpose rapidement à plus grande échelle pour accélérer les progrès dans la lutte contre le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme dans les domaines prioritaires. Depuis 2002, les partenaires du secteur privé (notamment les entreprises, les fondations et les philanthropes) ont engagé plus de 3,6 milliards de dollars dans le Fonds mondial. Pour la septième reconstitution des ressources, les partenaires du secteur privé du Fonds mondial ont engagé 1,23 milliard de dollars au total, avec en tête la Fondation Bill & Melinda Gates et (RED).

La liste complète des engagements sera régulièrement mise à jour sur le site Internet du Fonds mondial .

Les États-Unis sont fiers de se joindre aux autres donateurs du Fonds mondial pour mettre fin au sida, à la tuberculose et au paludisme d’ici 2030. Le succès de la septième reconstitution des ressources permet au Fonds mondial de continuer à sauver des vies, à réduire le nombre de décès dus au VIH/sida, à la tuberculose et au paludisme, et à soutenir le renforcement des systèmes de santé.


Voir le contenu d’origine : https://www.whitehouse.gov/briefing-room/statements-releases/2022/09/21/fact-sheet-president-biden-raises-record-level-funding-for-global-health-through-global-fund-seventh-replenishment/ 

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.

U.S. Department of State

The Lessons of 1989: Freedom and Our Future