Département d’État des États-Unis
Antony J. Blinken, secrétaire d’État
Doha, Qatar
Le 6 février 2024
Allocution

 MONSIEUR LE SECRÉTAIRE BLINKEN : Bonsoir à tous. Monsieur le Premier ministre, Mohammed, je vous remercie. Merci pour les discussions que nous avons eues aujourd’hui, ce soir, avec l’émir et avec le Premier ministre également, et qui ont été très productives, comme elles le sont toujours.

Nous avons entretenu un dialogue constant au plus haut niveau de nos gouvernements respectifs depuis de nombreuses semaines, voire de nombreux mois, focalisé intensément sur la libération des otages et l’obtention d’une pause prolongée pour faire face à la situation humanitaire désastreuse à Gaza. Et nous avons vu les résultats de la dernière pause, de la pause initiale : 105 otages libérés, une forte hausse de l’aide humanitaire parvenant sur place, la réparation d’infrastructures essentielles à Gaza et, plus généralement, une réduction des tensions régionales.

Avec le Qatar et l’Égypte, nous avons donc présenté, comme vous le savez, une proposition sérieuse dont le but est de ne pas simplement répéter l’accord précédent, mais plutôt de l’élargir. Comme le Premier ministre vient de le dire, le Hamas a répondu ce soir. Nous sommes en train d’examiner cette réponse et j’en discuterai demain avec le gouvernement d’Israël. Il y a encore beaucoup de travail à faire, mais nous restons convaincus qu’il est possible et, en fait, essentiel, d’arriver à un accord. Et nous continuerons de travailler sans relâche pour y parvenir.

Nous avons déjà eu des réunions au cours de ce déplacement, à Riyad, au Caire et aujourd’hui à Doha, afin de veiller à ce que toute pause puisse être utilisée pour continuer d’élaborer des plans pour le lendemain à Gaza — la sécurité, l’aide humanitaire, la reconstruction, la gouvernance — qui posent tous de vrais défis, mais c’est exactement la raison pour laquelle nous sommes et devons être concentrés sur ces questions maintenant. Nous sommes également déterminés à profiter de toute pause pour continuer d’ouvrir une voie diplomatique aboutissant à une paix et une sécurité justes et durables dans la région. C’est le meilleur moyen de s’assurer que le 7-Octobre et que la mort tragique d’Israéliens et de Palestiniens ne se reproduiront pas.

Lors de mon dernier déplacement dans la région, il y a quelques semaines, j’ai déclaré qu’il s’offrait à nous une voie très convaincante pour parvenir à une paix et une sécurité durables, et cette voie se dessine de plus en plus clairement : un Israël intégré dans la région avec des garanties de sécurité de la part de ses voisins et partenaires, et en parallèle une voie concrète, assortie de délais et irréversible, de nature à mener à un État palestinien vivant côte à côte dans la paix avec Israël, moyennant les accords de sécurité nécessaires pour les deux peuples.

Au cours de cette visite, l’un de nos principaux objectifs a été de continuer à définir le contenu et le déroulement de toutes les mesures qui seraient nécessaires pour nous permettre de nous engager dans cette voie. Ça, c’est une voie. Elle est claire – et vous pouvez voir qu’elle nous mène à une destination où tout le monde, pour ainsi dire, dans la région trouverait son compte et, comme je l’ai dit, elle apporterait une paix et une sécurité durables aux Israéliens et aux Palestiniens.

Mais certains veulent engager la région dans une autre direction et suivre une autre voie, et ils s’emploient activement à saboter tous les efforts visant à instaurer une paix et une sécurité durables. Il suffit de voir les évènements de ces derniers mois et même ces deux dernières semaines. Des attaques en Syrie et en Iraq, des attaques contre Israël depuis le Liban, des attaques contre la navigation internationale en mer Rouge, des attaques en Jordanie qui ont tué trois membres des forces armées américaines et, bien sûr, l’attaque contre Israël du 7 octobre. Tous ces attentats ont été perpétrés par des groupes entraînés, armés, financés et formés par l’Iran.

L’Iran et ses intermédiaires prétendent qu’ils mènent ces attaques au nom du peuple palestinien. C’est absolument faux, et ils disent ça pour cacher leur véritable intention. Pas une seule de ces attaques n’a fait progresser les droits, les opportunités, la sécurité et la dignité des Palestiniens. Elles sont toutes fondamentalement liées à la quête de pouvoir de l’Iran.

Depuis le 7 octobre, nous avons clairement mis en garde tout acteur qui tenterait de tirer profit du conflit :  abstenez-vous. Nous avons été très clairs sur le fait que nous ne voulons pas voir le conflit s’étendre, nous ne voulons pas voir d’escalade ; mais nous avons également été clairs sur le fait que si nos personnels, nos ressortissants, sont menacés, s’ils sont attaqués, nous riposterons. Nous les défendrons.

Nous répondons à la violence, nous ne la déclenchons pas. Nous cherchons à prévenir l’escalade et non à l’alimenter. À cette fin, nous continuerons d’utiliser tous les outils à notre disposition pour parvenir à une pause prolongée qui permette de délivrer les otages, d’acheminer davantage d’aide, de rétablir le calme pour les civils de Gaza et de faire avancer la diplomatie vers l’objectif d’une région intégrée et plus sûre.

Dans ces efforts, nous nous félicitons grandement d’avoir le Qatar comme partenaire.  Merci.

 


Voir le contenu d’origine : https://www.state.gov/secretary-antony-j-blinken-and-qatari-prime-minister-and-minister-of-foreign-affairs-mohammed-bin-abdulrahman-al-thani-at-a-joint-press-availability-2/

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.

U.S. Department of State

The Lessons of 1989: Freedom and Our Future