Département d’État des États-Unis
Bureau du porte-parole
Le 22 janvier 2024
Fiche d’information

 

Le déplacement du secrétaire d’État Antony J. Blinken à Abidjan les 22 et 23 janvier 2024 a permis de concrétiser les engagements pris lors du Sommet des dirigeants États-Unis-Afrique en élargissant les partenariats avec le gouvernement, les institutions et la population de Côte d’Ivoire. Le secrétaire d’État a rencontré le président Alassane Ouattara et de hauts responsables de son gouvernement avec lesquels il a discuté de priorités communes visant à renforcer la démocratie et la bonne gouvernance, à développer la croissance économique et le commerce, et à améliorer la sécurité en Côte d’Ivoire et dans la région, ainsi que de programmes visant à promouvoir la lutte climatique, la sécurité alimentaire et la santé.

Les relations entre les États-Unis et la Côte d’Ivoire

  • Les États-Unis et la Côte d’Ivoire s’associent pour investir dans la population, promouvoir la paix et accroître le partage de la prospérité, en particulier pour les jeunes Ivoiriens. Une Côte d’Ivoire en bonne santé, sûre et économiquement forte est bénéfique pour les États-Unis.
  • Nous entretenons avec la Côte d’Ivoire des relations solides, fondées sur des valeurs communes. Les États-Unis investissent massivement dans les Ivoiriens et dans les institutions du pays, sur la base d’un partenariat fondé sur le respect mutuel.
  • Les États-Unis félicitent la Côte d’Ivoire pour l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations. Le secrétaire d’État Blinken et sa délégation ont assisté à un match important et ont apprécié le professionnalisme, la compétition et la diplomatie exceptionnels sur le terrain.
  • Le Conseil consultatif du Président sur le dialogue avec la diaspora africaine a choisi la Côte d’Ivoire pour son premier déplacement et amené avec lui, grâce au soutien du Global Engagement Center, trois émissaires sportifs d’avant-garde, symboles personnifiés de notre partenariat bilatéral.
  • La Côte d’Ivoire est un partenaire indispensable à la mise en œuvre de la Stratégie présidentielle de prévention des conflits et de promotion de la stabilité, et du plan décennal connexe pour l’Afrique de l’Ouest côtière (qui inclut également le Bénin, le Ghana, la Guinée et le Togo). Notre plan s’aligne étroitement sur le Plan national de développement 2021-2025 de la Côte d’Ivoire, qui vise à construire la cohésion sociale, à renforcer la résilience des collectivités et à accroître les opportunités économiques, et créer ainsi les conditions pour la paix et la stabilité.
  • Le secrétaire d’État a annoncé que les États-Unis allaient octroyer une nouvelle enveloppe financière de 45 millions de dollars, avec la collaboration du Congrès américain, afin d’aider la Côte d’Ivoire et ses voisins à prévenir les conflits et à promouvoir la stabilité face aux menaces régionales. Ce financement portera la contribution des États-Unis en aide à la stabilité en Afrique de l’Ouest côtière à près 300 millions de dollars depuis 2022, ce qui souligne notre attachement à collaborer avec cette région pour la Stratégie de prévention des conflits et de promotion de la stabilité.
  • Nous effectuons des investissements de long terme et stratégiques pour aider la Côte d’Ivoire à traiter les causes profondes des conflits, conformément à son approche louable « d’appui à la sécurité humaine ». Dans le nord de la Côte d’Ivoire, des programmes favorisent le dialogue entre le gouvernement local et les habitants ; ils accroissent les moyens de subsistance des jeunes et des femmes ; et ils renforcent le rôle de la police de proximité. Ces efforts donnent des résultats, les collectivités locales et les responsables de la sécurité œuvrant ensemble pour améliorer les systèmes d’alerte précoce, lutter contre les fausses informations et faire face à l’extrémisme violent.

La démocratie, la gouvernance et l’État de droit

 Les États-Unis investissent dans les institutions de la Côte d’Ivoire dans différents secteurs afin de consolider la gouvernance, de renforcer les capacités et d’améliorer la prestation de services à tous les citoyens.

  • En vue d’accroître les opportunités, l’ambassade à Abidjan propose des échanges culturels et académiques avec des participants exceptionnels de toutes les régions de la Côte d’Ivoire, par le biais de programmes tels que les bourses Fulbright, la diplomatie sportive, le programme de leadership pour les visiteurs étrangers (IVLP), la Mandela-Washington Fellowship, le programme d’étude des Instituts américains (SUSI), la Community College Initiative (CCI) et le programme de leadership panafricain pour la jeunesse (PAYLP). 
  • Le peuple américain soutient les institutions démocratiques à travers notre programme de Transition politique et d’inclusion, une action de 14,2 millions de dollars sur cinq ans, sous l’égide de l’USAID, et qui soutient les efforts déployés par le gouvernement national et les autorités locales pour inclure davantage les aspirations démocratiques des citoyens et être plus réceptifs à leurs besoins et préoccupations.
  • Un nouveau programme de 4 millions de dollars intitulé Résilience des populations par le dialogue et l’art encourage la réconciliation. Cette action de l’USAID est conçue pour prévenir et atténuer le risque de nouveaux conflits en renforçant les mécanismes locaux de résolution des conflits, de façon à réduire, atténuer et résoudre les conflits et les griefs intergroupes en amont des prochains cycles électoraux.
  • Les programmes de l’USAID pour la démocratie, les droits et la gouvernance augmentent l’inclusion des jeunes et des femmes dans le processus politique ; ils favorisent la responsabilisation des acteurs étatiques et non étatiques en matière de services de base ; ils protègent les droits des populations marginalisées et vulnérables ; ils luttent contre l’extrémisme violent dans les zones frontalières ; et ils favorisent l’autonomisation des femmes.
  • Les États-Unis dispensent des formations pour améliorer l’accès à la justice et accélérer les efforts ivoiriens de modernisation et de réforme du système de justice pénale. Le Projet d’amélioration du secteur de la justice, une initiative de 2 millions de dollars, accroît la capacité des acteurs judiciaires à fournir une justice moderne, efficace, équitable et sensible au genre, et il accroît la responsabilisation du secteur judiciaire devant tous les citoyens.
  • Les États-Unis saluent la Côte d’Ivoire pour avoir mené à bien des élections régionales et municipales pacifiques en septembre. Avec la Côte d’Ivoire, nous soutenons des élections générales libres et équitables en 2025, menées à travers des processus électoraux inclusifs et transparents, et reflétant la volonté du peuple.

Le commerce et l’investissement

 Les États-Unis continuent d’étendre leur partenariat commercial avec la Côte d’Ivoire et s’engagent à développer la croissance économique et le commerce pour soutenir notre prospérité commune.

  • Les États-Unis célèbrent et soutiennent le secteur privé américain et les nouvelles entreprises américaines qui entrent sur le marché ivoirien – des entreprises innovantes qui renforcent la capacité technologique de la Côte d’Ivoire.
  • Des pratiques de travail équitables sont essentielles pour que les États-Unis et la Côte d’Ivoire atteignent leurs objectifs communs en matière de croissance économique inclusive, de transition vers des économies plus vertes, de migration humaine, d’emploi des jeunes et de réalisation du potentiel de la Zone de libre-échange continentale africaine.
  • Nous privilégions la collaboration avec nos partenaires ivoiriens visant à accroître les investissements, et la Banque d’import-export des États-Unis étend son mécanisme de financement de projets au titre de son protocole d’accord de 500 millions de dollars avec le gouvernement ivoirien de façon à faire progresser les partenariats commerciaux, à faciliter les exportations américaines et à stimuler l’activité économique locale.
  • Pour accélérer la croissance économique, notre accord avec la Côte d’Ivoire dans le cadre de la Millennium Challenge Corporation (MCC), d’une valeur de 536,7 millions de dollars, comprend des projets majeurs dans les domaines du transport et de l’éducation, ainsi que l’amélioration des systèmes d’entretien de ces infrastructures clés.
  • Le département de l’Agriculture des États-Unis a mis en place deux activités régionales dans le cadre du programme Food for Progress, qui vont créer des milliers d’emplois en Côte d’Ivoire. Elles portent sur l’augmentation du volume de noix de cajou transformées en Côte d’Ivoire au lieu d’être exportées. L’USAID met en œuvre des programmes régionaux qui augmentent le volume et la valeur des échanges, réduisent les barrières commerciales, soutiennent la production d’électricité, mobilisent des partenariats et recherchent des investissements par le biais d’activités en réseau et hors réseau.
  • Nous saluons le leadership de la Côte d’Ivoire et ses contributions à la formation du Partenariat pour la coopération atlantique, une plateforme forte de 36 membres qui donnent aux États côtiers de l’Atlantique les moyens de relever les défis communs en vue de faire progresser une région atlantique pacifique, stable, prospère, ouverte, sûre et coopérative, et de promouvoir des ressources atlantiques saines, durables et résilientes pour les générations à venir.
  • Par le biais de l’initiative Transformation numérique avec l’Afrique (DTA), les États-Unis élargissent l’accès au numérique et augmentent les activités commerciales entre les entreprises américaines et africaines dans le secteur numérique afin de promouvoir la culture numérique et de renforcer les environnements propices au numérique, conformément aux priorités définies dans la stratégie de transformation numérique pour l’Afrique, de l’Union africaine.
  • Dans le droit fil du développement de la souveraineté numérique de la Côte d’Ivoire, la société américaine Cybastion construit la Cité administrative du numérique et un data center national.
  • La MCC, l’USAID, des entreprises américaines et le gouvernement de Côte d’Ivoire se sont associés dans le cadre du programme Digifemmes pour soutenir plus de 3 500 petites et moyennes entreprises dirigées ou détenues par des femmes.
  • À l’appui du pilier de l’environnement numérique de la DTA, le Global Engagement Center du département d’État a soutenu le Tech Challenge organisé par l’ambassade des États-Unis, qui a pour objet d’encourager les jeunes à identifier et à développer des écosystèmes numériques fiables.
  • Cette année, l’Academy of Women Entrepreneurs (AWE) fournira à 50 femmes entrepreneurs basées à Abidjan les connaissances, les réseaux et l’accès dont elles ont besoin pour monter ou développer une entreprise. À ce jour, l’AWE a aidé environ 5 500 femmes entrepreneurs en Afrique à développer leurs entreprises et à atteindre leur plein potentiel économique.
  • La Small Business Administration (SBA), donnant suite aux engagements pris pendant le déplacement de l’administratrice Isabel Guzman à Abidjan, organisera un séminaire le 1er février, qui aura pour thème L’utilisation des outils et des services du gouvernement américain à l’appui de la participation au commerce bilatéral entre les États-Unis et les pays d’Afrique de l’Ouest.
  • Nous sommes déterminés à accroître les investissements du secteur privé et nous ouvrirons bientôt à Abidjan un bureau du Service commercial extérieur du département du Commerce des États-Unis. Cette mesure reconnaît les liens commerciaux croissants entre les États-Unis et la Côte d’Ivoire, un moteur économique dans la région.
  • En témoignage de la confiance du gouvernement américain dans la croissance économique et le potentiel d’investissement en Côte d’Ivoire, l’ambassade des États-Unis a récemment accueilli un nouvel attaché du département du Trésor. La Société financière de développement (DFC) installera également des représentants à Abidjan cette année.

Le renforcement des partenariats en matière de défense et de sécurité

Les États-Unis développent leur partenariat de sécurité avec la Côte d’Ivoire pour atteindre notre objectif commun, à savoir vaincre le terrorisme et créer un environnement propice au développement économique et social.

  • Le département de la Défense soutient une initiative de sécurité frontalière (6,5 millions de dollars) visant à réduire le transit des terroristes à travers les frontières de la Côte d’Ivoire ainsi qu’un programme de sécurité portuaire (4,9 millions de dollars) visant à lutter contre la piraterie, le trafic illicite et la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN).
  • Une Équipe résidente chargée des affaires civiles aide la Côte d’Ivoire à améliorer le dialogue entre les civils et l’armée.
  • L’armée américaine travaille en étroite collaboration avec ses homologues ivoiriens pour professionnaliser leurs forces de sécurité en promouvant la cohésion régionale par le partage d’informations et la participation à des exercices militaires. Le gouvernement américain a choisi la Côte d’Ivoire pour accueillir le plus grand exercice multinational des forces d’opérations spéciales, Flintlock, en 2025 et 2026.
  • Dans le cadre du programme Resilience for Peace, les États-Unis consacrent plus de 20 millions de dollars sur cinq ans (par le biais de l’USAID) au renforcement de la résilience des collectivités, de l’apprentissage et des opportunités d’autonomisation civique et économique afin de prévenir l’extrémisme violent dans les zones frontalières du nord de la Côte d’Ivoire.
  • Les États-Unis soutiennent le programme phare de police de proximité, procédant à la formation de la quasi-totalité des forces de police et à l’élaboration d’un cursus national et, récemment, en mettant l’accent sur les relations entre les jeunes et la police, un élément essentiel à la prévention de l’extrémisme violent, un objectif commun. Le Bureau des affaires internationales de stupéfiants et de répression du département d’État aide le gouvernement ivoirien et les partenaires civiques à encourager le dialogue entre les habitants afin d’améliorer les relations entre la collectivité et la police dans les zones fragiles et en situation de post-conflit.
  • Le Bureau de la lutte contre le terrorisme, du département d’État, fournit une aide à la sécurité civile (6,5 millions de dollars) à l’appui de la formation et de l’équipement des unités d’intervention de la Police nationale et de la Gendarmerie nationale en matière de réponse aux crises et de capacités de patrouille des frontières en milieu rural.
  • Nous saluons le leadership et la générosité de la Côte d’Ivoire, qui a accueilli des milliers de réfugiés et de demandeurs d’asile vulnérables, alors que la violence au Sahel continue de provoquer des déplacements dans toute l’Afrique de l’Ouest. Les États-Unis restent le seul contributeur à répondre aux besoins des personnes déplacées dans toute l’Afrique de l’Ouest. En 2023, nous avons fourni près de 12 millions de dollars d’aide humanitaire à des partenaires qui répondent aux besoins des réfugiés.
  • L’engagement des États-Unis en faveur de la stabilité régionale et de la lutte contre l’extrémisme violent comprend le soutien à l’Académie internationale de lutte contre le terrorisme (AILCT). En tant que membre du conseil d’administration de l’AILCT, nous investissons plus de 8,2 millions de dollars dans la mise en place de cette institution multilatérale et la formation de forces de façon à élaborer une approche commune en matière de lutte contre le terrorisme.

La coopération en matière de santé

Ensemble, nous sauvons des vies. Les États-Unis sont le premier investisseur dans le secteur de la santé en Côte d’Ivoire. Nous soutenons les efforts du gouvernement visant à prodiguer des services de santé publique fiables et durables à sa population dans tout le pays.

  • Par le biais du Plan présidentiel d’aide d’urgence des États-Unis à la lutte contre le sida (PEPFAR), le peuple américain a fourni à la Côte d’Ivoire près de 2 milliards de dollars d’aide extérieure depuis 2004. Ce montant comprend 105 millions de dollars pour l’exercice 2023 à l’appui de la prévention, des soins et du traitement du VIH dans le cadre de la lutte visant à mettre fin au VIH/sida en tant que menace pour la santé publique d’ici à 2030. L’aide du PEPFAR s’accompagne d’un financement au plan national d’environ 10 millions de dollars au titre de la lutte contre le VIH et d’un soutien du Fonds mondial à hauteur d’environ 16 millions de dollars par an.
  • Dans le cadre de l’Initiative présidentielle de lutte contre le paludisme (PMI), nous avons investi 150 millions de dollars dans la prévention, la détection et le traitement de cette maladie. Notre soutien comprend la fourniture de 5,2 millions de moustiquaires, 8,2 millions de tests de diagnostic du paludisme, des polythérapies à base d’artémisinine (ACT) et la formation de 8 300 travailleurs de la santé.
  • Dans le cadre de leur engagement en faveur du Programme d’action pour la sécurité sanitaire mondiale (GHSA), les États-Unis ont investi plus de 81 millions de dollars dans le renforcement des systèmes et les interventions de prévention, de détection et de réponse aux menaces de maladies infectieuses telles que la COVID-19, l’Ebola et la grippe aviaire.
  • Les programmes de santé maternelle et infantile de l’USAID soutiennent l’accent mis sur les soins de santé communautaires et primaires en investissant 9,57 millions de dollars dans l’amélioration de l’accès à des services de qualité afin de mieux protéger les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans et de leur prodiguer de meilleurs soins de santé.
  • Les programmes de planification familiale et de santé génésique, dotés d’une enveloppe de 11 millions de dollars, renforcent la qualité et l’accessibilité des services volontaires de planification familiale et de santé génésique en investissant ces fonds pour répondre aux besoins non satisfaits par l’intermédiaire des secteurs public, non gouvernemental et privé, et ce, en portant une attention accrue aux soins de santé primaires.
  • Lors du lancement par le président Biden du Partenariat pour l’investissement dans les infrastructures mondiales (GPII) au G7 en 2022, ABD Group, une société de développement de projets axée sur l’Afrique, a annoncé les phases 1 et 2 d’un projet hospitalier. À ce jour, ABD Group a mené à bien la construction de 35 hôpitaux et 74 % des travaux de la phase 1. Ce projet fournit de nouvelles infrastructures de soins de santé en Côte d’Ivoire et constitue un exemple remarquable des résultats que les entreprises américaines peuvent obtenir sur le terrain.

 


Voir le contenu d’origine :  https://www.state.gov/the-united-states-and-cote-divoire-strengthening-our-partnership/

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.

 

 

U.S. Department of State

The Lessons of 1989: Freedom and Our Future