La Maison-Blanche
Fiche d’information
Le 12 décembre 2023

Comme l’a déclaré le président Biden, il est de notre responsabilité à tous – gouvernements, organisations internationales, société civile et citoyens individuels – de condamner fermement la violence sexuelle, sans équivoque et sans exception. La campagne 16 Jours d’action contre les violences basées sur le genre, qui s’est terminée le 10 décembre, nous a rappelé que les droits humains et la sécurité des femmes et des filles continuent d’être mis à mal dans le monde entier, y compris par la menace persistante des violences sexuelles en situation de conflit et de crise.

Les États-Unis se portent solidaires des femmes et des filles qui font les frais des conflits et de l’instabilité aux quatre coins du monde – de l’Ukraine, où les forces russes ont commis des viols et d’autres atrocités contre les Ukrainiennes, au Soudan, où les forces paramilitaires terrorisent les femmes et les filles par la violence sexuelle, en passant par l’Éthiopie, où les témoignages de violences sexuelles abondent, et Haïti, où les gangs ont recours aux agressions sexuelles et au viol pour contraindre la population à la soumission. Et dans les semaines qui ont suivi le 7 octobre, des survivantes et des témoins ont courageusement signalé des actes graves de violence sexuelle perpétrés par les terroristes du Hamas contre des femmes et des enfants en Israël.

Malgré sa prévalence, les États-Unis n’acceptent pas la violence sexuelle en situation de conflit comme un fait accompli. Mettre fin à la violence basée sur le genre a été une priorité du président Biden tout au long de sa vie au service du public : en tant que sénateur, vice-président et depuis le premier jour de l’administration Biden-Harris. L’an dernier, le président Biden a signé un mémorandum présidentiel demandant au gouvernement américain d’intensifier le recours aux outils financiers, diplomatiques et légaux contre la violence sexuelle en situation de conflit – ce qui a conduit à l’imposition, au mois de juin de cette année, des toutes premières sanctions ayant trait à la violence sexuelle liée à un conflit.

Faisant fond sur ces efforts, et pour marquer la Semaine des droits de la personne et la fin des 16 Jours d’action contre les violences basées sur le genre, le département du Trésor et le département d’État ont émis des sanctions contre 13 personnes de quatre pays, visées pour leurs liens à des actes de violence sexuelle. Il s’agit de la plus vaste série de sanctions financières et de restrictions de visa émises par les États-Unis contre des individus liés à cette odieuse atteinte aux droits humains.

Cela inclut des désignations contre :

  • deux individus appartenant à des groupes rebelles armés en République centrafricaine, qui ont contraint des filles à l’esclavage sexuel et perpétré des viols et des agressions sexuelles ;
  • quatre dirigeants du groupe affilié à Daech en République démocratique du Congo, qui ont tué et mutilé des femmes et des filles et commis des violences sexuelles à leur encontre ;
  • quatre membres de gangs en Haïti responsables de violences sexuelles et d’enlèvements, dont un que les survivants ont identifié comme le responsable direct de plus d’un millier de cas recensés de violence sexuelle rien qu’en 2022 seul ; et,
  • trois individus des forces progouvernementales et des milices alliées au Soudan du Sud qui ont supervisé, ordonné et incité des actes d’agression sexuelle, d’esclavage sexuel et de viol collectif, ou qui y ont directement participé.

La violence sexuelle en situation de conflit constitue une atteinte à notre humanité commune. Lorsqu’elle se produit, les auteurs doivent être tenus responsables et les survivantes doivent avoir accès à des prestations et à du soutien. L’administration Biden-Harris continuera de donner la priorité à la lutte contre la violence basée sur le genre, y compris la violence sexuelle liée à un conflit, et elle fera tout ce qui est en son pouvoir pour promouvoir la participation cruciale des femmes et des filles aux efforts de justice, de paix et de stabilité.


Voir le contenu d’origine : https://www.whitehouse.gov/briefing-room/statements-releases/2023/12/12/fact-sheet-new-actions-from-the-biden-harris-administration-to-hold-perpetrators-of-sexual-violence-accountable/

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.

U.S. Department of State

The Lessons of 1989: Freedom and Our Future