An official website of the United States Government Here's how you know

Official websites use .gov

A .gov website belongs to an official government organization in the United States.

Secure .gov websites use HTTPS

A lock ( ) or https:// means you’ve safely connected to the .gov website. Share sensitive information only on official, secure websites.

La Maison-Blanche
Le 14 décembre 2022
Fiche d’information

La promotion de l’équité et de l’égalité des genres est la pierre angulaire de la politique étrangère américaine en Afrique et dans le monde. La promotion de la condition des femmes et des filles n’est pas seulement une question de droits humains, de justice et d’équité – c’est aussi un impératif stratégique qui réduit la pauvreté et favorise une croissance économique durable, facilite l’accès à l’éducation, améliore les résultats en matière de santé, fait progresser la stabilité politique et favorise la démocratie.

Lors du Sommet des dirigeants États-Unis-Afrique, la vice-présidente Kamala Harris a annoncé de nouveaux engagements pour faire progresser la participation économique des femmes en Afrique, notamment le projet pour le commerce et l’investissement des femmes africaines et la revitalisation du programme d’entrepreneuriat des femmes africaines. Ces programmes s’appuient sur une série d’initiatives de l’administration visant à favoriser l’inclusion économique, politique et sociale des femmes sur le continent, dont beaucoup font progresser la priorité de l’administration s’agissant de l’égalité des genres et des investissements dans l’équité, ainsi que du développement d’infrastructures adaptées au genre par le biais du Partenariat mondial pour l’infrastructure et l’investissement.

Participation économique des femmes

Promotion de l’entrepreneuriat féminin et de l’égalité : La Société américaine de financement du développement international (DFC) a annoncé 358 millions de dollars de nouveaux investissements, notamment des projets dans le cadre de l’initiative 2X Women de la DFC qui a catalysé des milliards de dollars de projets appartenant à des femmes, dirigés par des femmes ou autonomisant les femmes. Les investissements permettent par exemple un soutien aux approches innovantes de l’entrepreneuriat, en particulier une prise de participation pouvant atteindre 15 millions de dollars dans le Norrsken22 Africa Fund, un fonds dirigé par des femmes qui investit dans des entreprises technologiques à fort impact dans toute l’Afrique, qui soutiendra l’entrepreneuriat et les avancées technologiques dans les domaines de la finance, de la médecine, et éducation ; un prêt de 20 millions de dollars à One Acre Fund, qui fournira un financement pour les intrants agricoles, permettant d’augmenter les rendements agricoles en Afrique subsaharienne, en mettant l’accent sur les agricultrices ; et un investissement de 25 millions de dollars dans le Uhuru Growth Fund IA, qui fournira le capital de croissance nécessaire aux petites et moyennes entreprises d’Afrique de l’Ouest, dont des entreprises dirigées par des femmes.

Lors du Forum des affaires États-Unis-Afrique, la Millennium Challenge Corporation (MCC) a annoncé un Compact régional de transport avec les gouvernements du Niger et du Bénin qui prévoit 7,5 millions de dollars pour l’entrepreneuriat et des programmes de formation pour les femmes et les jeunes, afin de lutter contre le VIH/sida, la violence sexiste, les risques de traite des personnes et de contribuer à l’amélioration des routes pour soutenir les femmes pauvres et vulnérables qui vendent leurs marchandises le long des corridors de transport. La MCC a également signé cette année un nouveau Compact pour la santé et l’horticulture avec le gouvernement du Lesotho qui fournit environ 21 millions de dollars pour faire progresser l’entrepreneuriat féminin, en particulier pour favoriser des réformes telles que les droits fonciers pour les femmes, les droits de succession pour les filles, le renforcement des droits du travail pour les travailleurs agricoles, et des protections contre la violence domestique.

Programme d’entrepreneuriat pour les femmes africaines (AWEP) : Le vice-président a annoncé son intention de fournir 1 million de dollars à l’AWEP qui distribuera de petites subventions pour former des femmes créatrices d’entreprises et soutenir les entreprises appartenant à des femmes en Afrique subsaharienne.

Accélération de la participation des femmes aux emplois verts : Le département d’État lancera le projet Accelerating Women’s Empowerment in Energy (AWEE) avec un investissement initial de 1 million de dollars pour contribuer à assurer l’avenir économique des femmes grâce à des emplois verts, en mettant l’accent sur le Kenya et l’Afrique du Sud. Le programme versera des subventions aux organisations locales pour éliminer les obstacles à l’entrée, à la promotion et au maintien des femmes sur le marché du travail. Power Africa de l’USAID lance une nouvelle activité pour favoriser la participation des femmes dans le secteur de l’énergie au Nigeria par la formation et le renforcement des capacités, des politiques en faveur de l’équité entre les genres au travail ; et l’insertion professionnelle.

Mobilisation des réseaux pour un travail digne : Le département d’État lancera l’initiative des employeurs du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord pour des politiques en faveur de l’égalité des sexes et l’inclusion sur le lieu de travail avec un investissement de 3,5 millions de dollars, pour faciliter la mise en place de politiques et de pratiques d’employeurs inclusives et équitables entre les genres, qui favorisent la sécurité des femmes employées, notamment en plaidant pour une législation nationale en Algérie, au Maroc et en Tunisie. Le projet fait intervenir des échanges avec les entreprises locales et multinationales, des gouvernements et des organisations de la société civile représentant les femmes qui travaillent.

Sécurité économique pour les survivants de la traite : Le département d’État lancera le programme Fostering Economic Security Through Enhanced Reintegration Support for Victims of Trafficking en faveur de la sécurité économique par la réintégration des victimes de la traite, avec un investissement initial de 1 million de dollars. Ce projet améliorera et élargira les options de réintégration pour les survivants de la traite qui choisissent de créer des entreprises, en développant des outils et en renforçant les capacités, en augmentant et en élargissant le soutien et en améliorant le suivi. Les pays susceptibles de bénéficier du programme dans le monde sont le Ghana et le Nigeria.

Technologie et innovation

Initiative pour la transformation numérique avec l’Afrique (DTA) : En collaboration avec le Congrès, cette initiative phare de l’administration Biden-Harris entend investir plus de 350 millions de dollars et faciliter plus de 450 millions de dollars de financement pour l’Afrique afin de favoriser un environnement sain et inclusif, et un écosystème numérique résilient en Afrique. La DTA privilégiera la lutte contre les clivages dus au genre et d’autres fractures numériques sociales, et l’accélération de l’autonomisation des femmes au moyen et au sein de l’écosystème numérique.

Violence basée sur le genre et droits humains

Lutte contre le harcèlement et les abus en ligne basés sur le genre : lors du Sommet des dirigeants États-Unis-Afrique, les États-Unis ont annoncé l’adhésion du gouvernement du Kenya au Partenariat mondial pour l’action contre le harcèlement et les mauvais traitements en ligne basés sur le genre. Lancé pour la première fois lors du Sommet pour la démocratie, le Partenariat mondial rassemble des pays, des organisations internationales, la société civile et le secteur privé pour lutter contre le fléau croissant de la violence sexiste facilitée par la technologie, notamment au moyen de la définition et de la promotion de principes communs ; de l’accroissement des programmes et des ressources ciblés ; et de l’amélioration de la collecte de données sur ce fléau. En outre, Mme Power, l’administratrice de l’USAID, a annoncé lors du Forum de la société civile le lancement du programme Transform Digital Spaces. En collaboration avec le Congrès, le programme prévoit d’investir 1,3 million de dollars pour piloter des activités pratiques en Afrique afin de prévenir et de réduire le risque de violence sexiste facilitée par la technologie et d’y répondre, en particulier s’agissant des violences faites aux femmes dans la vie politique et publique.

Combattre la violence sexiste au travail : La MCC a signé cette année un nouveau compact avec le Malawi, qui prévoit un programme de 4 millions de dollars en faveur de la réglementation des marchés pour une croissance inclusive afin de faciliter une réglementation plus forte et plus efficace de la violence sexiste sur les marchés et les services de transport associés. Il s’agit en particulier de la discrimination généralisée au niveau des prix, du harcèlement sexuel et du vol ciblé qui affecte les femmes commerçantes. Ce programme travaillera avec des comités de marché, des ONG et divers acteurs du secteur public pour identifier des mécanismes de réglementation efficaces tout au long de la période de 5 ans du compact.

Renforcer le respect des droits humains des femmes : En collaboration avec le Congrès, le Département d’État lancera l’initiative Holding Rights, Leading for Rights avec un investissement de 1 million de dollars pour accroître les ressources et la capacité technique des femmes en situation de handicap en Afrique de l’Ouest à demander l’égalité de traitement en vertu de la loi, revendiquer effectivement leurs droits et réduire la stigmatisation et les pratiques néfastes.

Santé

Promouvoir l’équité au sein du personnel de santé mondial : dans le monde, 70 % des travailleurs de la santé sont des femmes, mais beaucoup ne sont pas rémunérées pour leurs contributions essentielles à la santé et à l’économie. En mai dernier, la Maison-Blanche a lancé la Global Health Worker Initiative (GHWI), reconnaissant qu’un personnel de santé complet, formé, protégé, bien équipé et soutenu est essentiel pour élargir l’accès équitable aux services de santé publique. L’un des piliers de la GHWI est axé sur l’expansion de l’équité et de l’inclusion. Dans le cadre de la GHWI, l’administration prévoit de travailler avec le Congrès pour investir 1,33 milliard de dollars par an de 2022 à 2024 dans le personnel de santé de la région Afrique, pour un total d’au moins 4 milliards de dollars d’ici l’exercice 2025.

Améliorer la résilience du système de santé en investissant dans des fonds dirigés par des femmes : La DFC et l’USAID s’associeront au Transform Health Fund, un fonds majoritairement dirigé par des femmes qui rassemble des investissements gouvernementaux, de donateurs et commerciaux sous la direction d’AfricInvest et de la Health Finance Coalition, pour financer des entreprises qui améliorent la résilience du système de santé et la préparation aux pandémies sur tout le continent. La DFC et l’USAID finaliseront respectivement 10 millions de dollars de financement en capital et 1 million de dollars en financement par subvention catalytique. Le Fonds promouvra également les femmes à des postes de direction dans l’ensemble de son pipeline et ciblera les consommatrices tout en veillant à ce qu’au moins 30 % de son portefeuille soit en accord avec les critères 2X, le programme phare de la DFC qui vise à favoriser l’autonomisation économique des femmes dans les marchés émergents.

Femmes, paix et sécurité

Favoriser l’inclusion des femmes dans les processus de paix et de sécurité : Le département d’État, par le biais de l’initiative Support Her Empowerment – Women’s Inclusion in New Security (SHE WINS) annoncée lors du Sommet pour la démocratie, investira 1,5 million de dollars dans un nouveau projet visant à renforcer le leadership des femmes locales et des organisations de la société civile dirigées par des femmes pour relever les défis de la paix et de la sécurité dans leurs communautés. Ce programme facilitera la participation des femmes aux processus locaux de consolidation de la paix et de la sécurité par le biais d’initiatives ciblées, notamment au Cameroun et en république démocratique du Congo.


Voir le contenu d’origine : https://www.whitehouse.gov/briefing-room/statements-releases/2022/12/14/fact-sheet-u-s-africa-partnerships-in-gender-equality-and-womens-empowerment/

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.

U.S. Department of State

The Lessons of 1989: Freedom and Our Future