Département d’État des États-Unis
Bureau du porte-parole
Le 11 janvier 2024
Communiqué de presse

À travers le monde, le nombre de prisonniers politiques derrière les barreaux s’élèverait à un million. Parmi eux figurent des individus détenus injustement pour avoir exercé des droits humains et des libertés fondamentales, ou détenus en raison de leur race, de leur religion, de leur appartenance ethnique ou de la personne qu’ils aiment.

Des gens comme l’évêque nicaraguayen Rolando Álvarez, qui est injustement incarcéré depuis plus de 500 jours et qui purge actuellement une peine de 26 ans d’isolement carcéral ; comme l’opposant russe pro-démocratie Vladimir Kara-Murza, condamné à 25 ans de réclusion pour avoir critiqué la guerre brutale de la Russie contre l’Ukraine ; comme l’avocate iranienne Narges Mohammadi, contre laquelle le régime iranien a porté des chefs d’accusation supplémentaires après qu’elle a reçu le prix Nobel de la paix pour son activisme en faveur des droits la personne et de l’égalité des femmes ; comme le docteur Gulshan Abbas, médecin à la retraite et membre de l’ethnie ouïghoure, condamné à 20 ans de prison par les autorités de la RPC sur la base d’une accusation dénuée de fondement, et ce, malgré son état de santé qui nécessite des soins réguliers ; et comme l’avocat tadjik spécialiste des droits humains Buzurgmehr Yorov, connu pour sa défense des personnes poursuivies pour des motifs politiques et condamné en juillet pour une accusation de fraude infondée qui a ajouté 10 ans à sa peine précédente de 28 ans. Ces personnes et tant d’autres comme elles représentent pour leurs pays des lueurs d’espoir que les dirigeants autocratiques cherchent à éteindre. Elles font entendre des voix essentielles pour demander des comptes à leurs gouvernements et promouvoir la gouvernance démocratique.

Il y a un an, les États-Unis ont lancé la campagne #WithoutJustCause en vue de galvaniser l’attention mondiale autour du scandale que constitue la détention injuste des prisonniers politiques à travers le monde, de faire connaître leur histoire au monde et d’accroître la pression en faveur de leur libération. Les personnes mises en avant dans cette initiative représentent la diversité des prisonniers détenus injustement pour avoir exercé leurs droits humains et leurs libertés fondamentales ; elles regroupent des dignitaires religieux, des militants civiques, des gens d’affaires et d’anciens responsables gouvernementaux. À l’occasion de l’entrée de l’initiative #WithoutJustCause dans sa deuxième année, les États-Unis renouvellent leur appel à la libération des femmes et des hommes courageux dont nous avons souligné la détention, et plus largement à la libération de toute personne emprisonnée injustement dans le monde.

Pour en savoir plus sur la campagne, visitez le site https://www.state.gov/withoutjustcause.

Pour les demandes de presse, contacter DRL-Press@state.gov.


Voir le contenu d’origine : https://www.state.gov/one-year-anniversary-of-withoutjustcause-political-prisoners-initiative/

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.

U.S. Department of State

The Lessons of 1989: Freedom and Our Future