Département d’État des États-Unis
Bureau du porte-parole
Le 15 mai 2023
Communiqué de presse

Les États-Unis sont consternés par le mépris à l’égard de la vie humaine dont ont fait preuve des éléments des forces armées maliennes en coopération avec le groupe Wagner, une organisation criminelle transnationale soutenue par le Kremlin, lors de l’opération menée à Moura, au Mali, en mars de l’année dernière. Comme nous l’avons déjà dit, le groupe Wagner est une force déstabilisatrice dont le personnel s’est rendu coupable d’abus constants, notamment d’exécutions sommaires, de violences sexuelles et de tortures au Mali et dans d’autres pays en proie à l’instabilité.

Les États-Unis continuent de soutenir le peuple malien dans sa lutte contre le terrorisme. Les atteintes aux droits de la personne et les violations telles que celles commises à Moura ne serviront qu’à pousser les civils lésés dans les rangs des terroristes et autres groupes armés. Nous appelons le gouvernement de transition à mener une enquête indépendante, impartiale, efficace, exhaustive et transparente afin que les responsables répondent de leurs actes, conformément aux recommandations du rapport de l’ONU.

Nous saluons le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme pour sa diligence et sa ténacité à enquêter sur ces abus, qui comprennent des viols collectifs et d’autres violences sexuelles, des actes de torture et des exécutions extrajudiciaires, en particulier à la lumière des restrictions imposées par le gouvernement de transition à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA). Nous rappelons que, depuis que le Conseil de sécurité a autorisé la MINUSMA pour la première fois en 2013, il a chargé la mission, en vertu du chapitre VII de la Charte des Nations unies, d’enquêter et de faire des rapports sur les allégations de violations et d’atteintes aux droits de la personne. Il est essentiel que la MINUSMA soit en mesure de mettre en œuvre ce mandat sans entrave. Nous continuons à être préoccupés par les restrictions imposées par le gouvernement de transition à la liberté de mouvement de la MINUSMA, contrairement à l’accord sur le statut des forces, et nous demandons instamment au gouvernement de transition d’assumer ses responsabilités en tant que pays hôte d’une opération de maintien de la paix de l’ONU.


Voir le contenu d’origine : https://www.state.gov/the-release-of-the-un-report-on-moura-mali/

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.

U.S. Department of State

The Lessons of 1989: Freedom and Our Future