Département d’État des États-Unis
Antony J. Blinken, secrétaire d’État
Le 14 février 2022
Communiqué de presse

Près de trois ans après le début de la pandémie de COVID-19, la souffrance mondiale continue malgré les actions héroïques de nos travailleurs de la santé, des citoyens, des institutions, des organisations, des pays et des économies. Il n’en reste pas moins qu’aucun pays agissant seul ne peut arrêter le virus. Comme le président Biden l’a dit clairement à l’occasion du Sommet mondial sur la COVID-19 qui s’est tenu en septembre 2021, vacciner le monde, sauver des vies maintenant et reconstruire en mieux nécessitent une action mondiale concertée. Ensemble, la communauté internationale peut mettre fin à la phase aiguë de la pandémie. La réunion d’action mondiale sur la COVID-19 d’aujourd’hui a constitué une étape importante vers la réalisation de cet objectif commun.

J’ai réuni aujourd’hui des ministres des Affaires étrangères et des hauts dirigeants de pays et d’organisations internationales qui aideront à coordonner le leadership, la volonté politique, les capacités et les ressources supplémentaires, afin d’atteindre des objectifs spécifiques dans la réponse mondiale à la COVID-19. Ensemble, nous avons identifié les lacunes urgentes dans les activités de réponse et nous nous sommes alignés autour de rôles spécifiques pour faire progresser les actions mondiales visant à maîtriser cette pandémie et à renforcer l’état de préparation aux futures menaces sanitaires mondiales. Nous sommes convenus de la nécessité d’un plus grand leadership politique pour sauver des vies et mettre fin à ce cycle pandémique en 2022.

Nous avons également discuté du Plan d’action mondial prioritaire pour un engagement renforcé sur la COVID-19, qui définit six lignes d’action mondiales permettant de répondre aux besoins aigus liés à la pandémie. Les participants se sont engagés à jouer un rôle de coordination et à mener des actions concrètes à l’appui de ces éléments afin de compléter celles de l’OMS et d’autres organisations multilatérales :

  • Dans le cadre de l’administration des vaccins, les participants ont discuté des mesures coordonnées visant à améliorer l’état de préparation et la logistique des vaccins, parallèlement à l’augmentation des dons et des approvisionnements, afin d’atteindre l’objectif d’au moins 70 % de la population entièrement vaccinée avec des vaccins de qualité, sûrs et efficaces dans chaque pays et catégorie de revenus d’ici septembre 2022. Nous avons reconnu la nécessité de nous concentrer sur les populations difficiles à atteindre.
  • Pour renforcer la résilience de la chaîne d’approvisionnement, les participants ont exploré les mécanismes permettant de faciliter des approvisionnements suffisants et réguliers en produits et matériaux essentiels, nécessaires pour briser le cycle de la pandémie de COVID-19, notamment en établissant des mécanismes permettant d’identifier et de supprimer les goulets d’étranglement de la chaîne d’approvisionnement médicale.
  • Pour remédier aux lacunes en matière d’information, les participants ont envisagé de déployer des actions au niveau mondial pour renforcer la confiance dans les vaccins et lutter contre la diffusion de fausses informations, en faisant appel à des chefs de file régionaux et à des leaders du monde médical, ainsi qu’à des représentants de la société civile, de la jeunesse et de groupes confessionnels, afin d’utiliser des messages factuels, précis et adaptés à la situation locale.
  • Pour soutenir les travailleurs sanitaires, les participants ont souligné la nécessité de prendre des mesures en faveur de la santé, de la sécurité et du bien-être des travailleurs sanitaires de première ligne, et ont reconnu la nécessité d’améliorer leur formation et leur nombre pour soutenir efficacement la réponse à la COVID-19.
  • Pour garantir les interventions aiguës non liées aux vaccins, nous avons discuté de la nécessité d’une plus grande collaboration et d’une innovation politique dans la fourniture de traitements, de régimes de dépistage et d’oxygène là où ils sont le plus nécessaires.
  • Pour renforcer l’architecture mondiale de sécurité sanitaire, les participants ont également souligné l’importance de mettre fin à la pandémie actuelle et de garantir la préparation future aux urgences sanitaires aux niveaux national, régional et mondial.

Nous resterons engagés sur les six lignes d’action du Plan d’action mondial, et nous redoublerons d’efforts pour renforcer les mesures visant à obtenir des campagnes de vaccination effectives, à renforcer la résilience de la chaîne d’approvisionnement et à renforcer l’architecture de la sécurité sanitaire mondiale en collaboration avec les initiatives multilatérales. J’ai également annoncé que le gouvernement des États-Unis faisait un don direct de 5 millions de doses du vaccin contre la COVID-19 de Johnson & Johnson à l’African Vaccine Acquisition Trust (AVAT), le programme d’achat et de distribution de vaccins de l’Union africaine. Les cinq premiers millions de doses ont déjà été expédiés dans les pays du continent. Avec les doses fournies en partenariat avec COVAX, cela porte à plus de 155 millions le nombre total de doses que les États-Unis ont données à l’Afrique, sur les 435 millions de doses données dans le monde.

Tout au long de la réunion, nous avons reconnu les progrès accomplis pendant la pandémie et les défis qui restent à relever. Chacun a un rôle à jouer pour mettre fin à cette phase aiguë de la pandémie. La mise en œuvre et la réalisation du Plan d’action mondial dépendent de la collaboration entre les gouvernements, les ONG, les organisations multilatérales, le secteur privé, les institutions philanthropiques, la société civile et les particuliers. Dans cet esprit, les États-Unis se réjouissent de la poursuite des consultations qui réuniront un groupe élargi de partenaires jouant un rôle axé sur l’action, afin de contribuer à mettre un terme à ce cycle pandémique en 2022 et à renforcer la sécurité sanitaire mondiale. Nous appelons nos partenaires et alliés à s’appuyer sur le leadership exprimé aujourd’hui et à prendre des engagements tangibles qui nous aideront à atteindre cet objectif important.

Les participants qui se sont joints aux États-Unis lors de la réunion d’action mondiale sur la COVID-19 sont la république d’Afrique du Sud, la république fédérale d’Allemagne, le royaume d’Arabie saoudite, le Commonwealth d’Australie, le Canada, la république de Colombie, la république de Corée, le royaume d’Espagne, la République française, la république de l’Inde, la république d’Indonésie, la République italienne, le Japon, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, la république du Sénégal, les Centres de contrôle des maladies de l’Union africaine, la Commission européenne et l’Organisation mondiale de la santé.


Voir le contenu d’origine : https://www.state.gov/the-covid-19-global-action-meeting/

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.

U.S. Department of State

The Lessons of 1989: Freedom and Our Future